Voleurs ambulants à Libreville : Une problématique de plus ?

vendredi 25 mars 2016 Société & environnement


Du marché Mont-Bouët au quartier Nkembo de Libreville, en passant par la gare routière, plus un jour ne passe sans que des compatriotes ne se fassent détrousser leur sac, téléphone ou tout autre objet de valeur. Des forfaits commis, même à bord des taxis !

Voleurs ambulants ! C’est ainsi qu’on peut désormais qualifier la pègre des brigands, spécialisée dans le vol à l’arrachée. Une technique de vol consistant à arracher brutalement les biens des citoyens lambda. Un phénomène inquiétant et gagnant du terrain dans la capitale gabonaise, secouée par une flambée de la violence, pire des braquages à main armée, viol et crimes dits de sang avec prélèvement d’organes, (le terme étant à la « mode » !). Bref, un cocktail explosif troublant la quiétude des citoyens. Lesquels citoyens sont déjà affectés par l’inflation quotidienne et la cherté du coût de la vie.

Quid de l’action des forces de l’ordre ?

Les compatriotes victimes des vols à l’arraché, fustigent l’inertie des forces de l’ordre. Plus grave, ces derniers se font détrousser au vu et au su des éléments de forces de l’ordre et de sécurité, postés aux différents points névralgiques de la ville. Une présence policière quasiment permanente au kilomètre 5 (PK5), au carrefour Rio, à la Gare routière, au carrefour de Nkembo et bien d’autres lieux qui n’enrayent pas pour autant le phénomène. Ces endroits continuent de demeurer les lieux de prédilection desdits forfaits. Une situation faisant penser à de nombreux citoyens que la présence des forces de l’ordre et de sécurité sur ces lieux n’est pas destinée à la protection des personnes et des biens. Critiques fondées ou pas ? Dans tous les cas, les voleurs ambulants empoisonnent le quotidien des résidents. L’Etat, par le truchement du ministère de l’Intérieur se doit de prendre à bras le corps cette nouvelle forme d’insécurité.


Charles Nestor NKANY

Vos commentaires

  • Le 26 mars à 15:36, par Axelle MBALLA En réponse à : Voleurs ambulants à Libreville : Une problématique de plus ?

    Sur les mêmes périodes, le système en place s’en sert comme une véritable semence électorale, "injectant" çà et là, des doses de peur, en attendant les consultations.
    Le pouvoir s’en sert comme tests permanents des projets d’instabilité. Cette fois, nous n’aurons plus peur. Chaque fois que l’un d’entre eux est pris, on fera comme en 1990 au PK6.
    A mon avis, ils devraient mettre leurs brigands ...au pied.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs