Vicky Fournier a vécu : Hommage à une « Déesse » !

mercredi 23 mars 2016 Culture & people


« J’ai fait l’homme à mon image », le Seigneur Dieu qui prédisait à l’Etre humain que nous sommes son destin, n’avait pas cru bien dire ! En effet, il est des femmes et hommes sur cette terre dont le passage mérite d’être signalé avec insistance, comme pour reprendre le musicologue congolais des temps des indépendances Franklin Boukaka qui nous racontait dans l’une de ses chansons, « les Immortels », qu’un vieux lui avait dit qu’un jour, chaque être humain doit mourir, mais que toutes les morts n’ont pas la même signification. Du coup, sommes-nous tentés de nous demander qu’elle est celle de cette « égérie » du monde médiatique ?

Celle qui vient de nous quitter est une Dame qui aura inspiré non seulement la gent féminine, mais aussi la masculine, par son savoir-faire, son engagement, sa détermination, sa faculté d’adaptation hors du commun qui ont tous fait d’elle une femme à part. « Tante VICKY » comme on l’appelait affectueusement a marqué d’une empreinte indélébile son passage d’abord à Radio Gabon dès les premières heures de ce média dans notre pays, ensuite à la radio africaine Africa N°I, où elle a également servi aux premières heures des années 80. C’est qu’elle a semé peut-être pas comme certains pour attendre de récolter, sinon…Mais, pour vivre utilement ou si l’on veut bien donner un sens à la vie, pas à la sienne seulement, mais à celle de toute l’humanité, tant il est de notoriété que quiconque a posé un acte louable de son vivant devient immortel. Oui, immortelle, « Tante Vicky » le demeure, à en juger par ses œuvres que nous pourrons encore écouter, les films dans lesquels elle jouait des rôles séduisants que nous aurons encore l’occasion de suivre… Marquant les uns comme les autres son long et noble cheminement dans les métiers d’artiste dans lesquels elle n’a compté jusqu’à son dernier soupir que des amis, nous en voulons pour preuve l’auteur de « Vokuna », Docteur Dominique Douma, au bord de l’effondrement le matin où il apprit la triste nouvelle.
Ô tempora ô mores !
Ses témoignages émouvants que nous pensons qu’il dévoilera au grand public si l’occasion lui en est donnée suffisent à déterminer la sympathie que cette grande figure africaine de l’art avait pour l’illustre disparue. On retiendra parmi les conseils qu’elle avait coutume de prodiguer à la jeunesse guettée par la dépravation des mœurs, celui qui faisait allusion au respect de l’ordre établi, histoire de dire : « Tu honoreras ton père et ta mère » en ce sens qu’il faut respecter tous ceux qui ont une parcelle d’autorité sur vous pour que les portes de la vie s’ouvrent grandement devant vous et facilitent votre éclosion. « Tante Vicky », nous l’espérons, n’a pas amené avec elle sa bonne humeur qui contrastait avec l’atmosphère de cimetière que certains de ses collègues voulaient instaurer dans les médias, malgré une apparente bonhommie. Cette mère était souvent surprise en train de consoler quelques gens affaiblis par des circonstances malheureuses et compromettantes dans l’exercice de leur métier ou au quartier, c’est qu’elle savait être utile partout où l’on avait besoin d’elle de sorte qu’elle n’adorait pas se faire prier lorsqu’il s’agissait de trouver solution à des problèmes qui minaient l’existence de ses semblables. On aurait dit « une Dame de cœur ». Pour tous ces faits non-exhaustifs, rassurez-vous, nous ne pouvons que lui rendre un vibrant hommage et lui souhaiter que la terre lui soit légère ! Adieu « Très chère Tante Vicky », la République te reste reconnaissante pas notre truchement.


Dounguenzolou

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs