Vacance du pouvoir : Un débat définitivement clos ?

lundi 6 mai 2019 Politique


Au Gabon, en dépit de la présence du Président de la République, Ali Bongo Ondimba, sur le territoire national, de nombreuses voix réclament toujours la déclaration de la vacance de pouvoir. Pour le Président de l’Assemblée nationale, Faustin Boukoubi, interviewé par le quotidien d’information l’Union, le débat n’a pas lieu d’être.

Le débat sur la vacance du pouvoir en raison de l’absence temporaire au Gabon du président de la République, Ali Bongo Ondimba, frappé depuis fin octobre 2018 par un AVC est-il définitivement clos ? Alors que la justice gabonaise vient de rejeter la requête introduite par le Mouvement citoyen, « Appel à Agir », qui réclamait la mise sur pied d’une commission médicale devant statuer pour savoir si Ali Bongo Ondimba était encore en mesure d’assumer ses fonctions à la suite de son incident médical, le Président de l’Assemblée nationale, Faustin Boukoubi vient de se prononcer sur la question en montrant que « cette sollicitation n’a plus objet ».

« J’espère que ses auteurs se sont ravisés, d’autant plus que la justice vient de débouter ceux qui ont introduit une requête dans ce sens », a souligné Faustin Boukoubi qui estime qu’aucun élément susceptible d’engager une telle démarche n’existe. L’irrecevabilité de la requête en justice et la position tranchée du Président de l’Assemblée nationale ferme définitivement ce débat alors que l’opposition, la société civile avec, estiment qu’il y a eu vice de procédure dans la gestion du dossier concernant la maladie d’Ali Bongo Ondimba.


Michaël Moukouangui Moukala

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs