Université Omar Bongo : Quand le cannabis circule sous les yeux des autorités !

mercredi 27 janvier 2016 Société & environnement


Incroyable, mais vrai ! Des dealers de chanvre et autres drogues dures se frottent les mains à l’Université Omar Bongo. Ce temple du savoir abrite en son sein un bâtiment baptisé le « Bunker », dans lequel bottes de chanvres, joints et autres stupéfiants sont vendus et ce depuis plusieurs années.

Le ‘’Bunker’’, ce bâtiment connu de tous, devant abriter la deuxième bibliothèque multimédia de l’université Omar Bongo (UOB), est devenu aujourd’hui, le repère de consommateurs de tous types de stupéfiants et autres drogues dures, (chanvre indien, cannabis, cocaïne etc.).Et malgré les nombreuses descentes musclées de la Direction Générale des Recherches et de la Police Judiciaire, le Bunker ne désemplit pas. Un commerce ayant lieu au vu et au su des autorités rectorales, mais surtout sans que cela n’émeuve personne.

Le silence des autorités !

A en croire les étudiants approchés, le Bunker règne en maître depuis belle lurette. Certains soutiennent même que ce n’est pas pour demain la veille le démantèlement de ce réseau de dealer et consommateur de chanvre. Et pour cause, les étudiants ne sont pas unanimes sur le démantèlement du réseau. A cela s’ajoute le fait que de hautes personnalités tireraient profit dudit lieu. Vrai ou faux ? Comment comprendre que de telles activités se déroulent dans l’enceinte de l’université ? Le ministère de l’Enseignement supérieur et le corps rectoral doivent combattre avec la dernière énergie ce phénomène. Un Bunker à l’origine de nombreuses dérives ! 


AEL

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs