Union Nationale : Gerard Ella Nguema sonne le glas !

mardi 2 février 2016 Politique


Désormais, au sein de l’Union nationale, on ne parle plus le même langage. Et pour preuve deux camps se sont formés au sein de cette formation politique : celui de Zacharie Myboto et l’autre de Gérard Ella Nguema, réclamant tous deux la paternité du parti.

Celui qui a dit que « les morts ne sont pas morts » n’avait qu’en partie raison. C’est du moins le sentiment qui se dégage du climat prévalant au sein de l’Union Nationale. André Mba Obame, dont bon nombre de militants de cette formation politique revendique l’héritage est bel et bien mort. De jour en jour, les masques tombent. En fait, l’Union Nationale, présentée par certains, comme une grande formation politique n’est qu’un « colosse aux pieds d’argile », dépourvu de tout socle idéologique. Seuls les intérêts crypto-personnels intéressent les ténors du parti ! Un secret de polichinelle porté sur la place publique le samedi 30 janvier par Gérard Ella Nguema, Secrétaire Exécutif par intérim. 

« Je l’affirme et confirme ici que l’Union nationale est malade. J’affirme que je suis le seul et l’unique secrétaire exécutif adjoint sinon le secrétaire exécutif par intérim le reste n’est que voyoucratie politique constatant qu’après plusieurs appels au respect des textes, constatant l’accointance adoubé de larges sourires avec ceux qui crachent sur la mémoire du premier secrétaire exécutif de notre parti dont chacun de nous se réclame au pire des cas pour organiser nos meetings et causeries, nous utilisons son nom et ses photos. Une situation qui est inacceptable et intolérable alors une décision s’impose de ma part elle va consister désormais à ce que j’engage le parti à se doter d’un autre siège que celui de l’ancienne Sobraga d’ailleurs qui tombe sur le coup de conflit d’intérêt », dixit Gérard Ella Nguema.

De son côté Zacharie Myboto et les siens refusent de reconnaitre Jean Ping comme candidat, sans au préalable passer par une élection organisée, un congrès qui se tiendra dans les prochains jours afin de désigner le candidat de Union Nationale qui sera présenté à la présidentielle de 2016. Des guéguerres intestines courantes dans le landernau politique, dont les membres et acteurs n’arrivent pas à faire abstraction de leurs égos. Ne dit-on pas qu’à beau chasser le naturel, il revient au galop ? Ces pseudos opposants clamant haut et fort qu’ils veulent renverser le système Bongo, mettre fin à la tyrannie, bref le discours habituel, sont loin d’être eux même exemplaires. La preuve, ils sont incapables d’accorder leurs violons sur une candidature unique de l’opposition ou sur la limitation des candidats fantôches.


LAO

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs