Transports : Mimeny Multi-Service, un exemple de réussite impulsé par Olam à Mouila

vendredi 20 janvier 2017 Economie


Entrepreneur, femme au foyer et mère de trois enfants, Thérèse Moussounda Matassa est l’exemple palpable de réussite de l’auto-emploi. Son entreprise, Mimeny Multi-Service spécialisée au départ dans le placement des véhicules de transport et du personnel, tient la route, et ce, grâce à Olam Gabon qui sous traite avec elle dans le cadre du projet Mboukou, situé à quelques kilomètres de la ville de Mouila, dans le sud du Gabon.

A 38 ans, Thérèse Moussounda Matassa, une gabonaise originaire de la province de la Ngounie tâte sa première expérience entrepreneuriale au sein du projet Olam Palm Mouila. Son projet, Mimeny Multi-service, est un condensé d’activités regroupés autour de la prestation des services : la location des véhicules poids lourds et le placement du personnel lui permet de gagner sa vie. Mimeny Multi-Service est une TPE qui compte à son actif 8 employés. C’est en janvier dernier que la jeune gabonaise a conclu son partenariat avec l’entreprise agricole Olam. Avec le temps, elle s’est défaite de son second métier, le placement du personnel, en raison de son faible rendement financier.

« Au début on a essayé de prendre des ouvriers agricoles et les mettre à Olam mais nous avons compris que nous ne pouvions pas. C’était difficile et cela nous a contraint de déverser tout notre personnel à Olam », explique le prestataire. Plus d’un an après, cette dernière ne regrette pas son choix. Sa perception d’Olam (« entreprise ayant permis aux gabonais d’avoir de l’emploi »), montre à quel point cette dernière est attachée au secteur industriel. Pourtant, Mimeny Multi-Service est une ancienne expérience lancée bien avant l’arrivée du groupe singapourien. Sauf que l’implantation d’Olam lui a donnée une autre envergure. Mimeny Multi-service effectue des transactions quotidiennes avec les particuliers. Le principe est simple : la TPE loue réquisitionne des camions pour transporter le personnel dans les plantations de palmier à huile d’Olam. En contrepartie l’industriel paye la prestation. A la suite de cette transaction, la TPE retire un pourcentage de 10, 15%, selon les montants de location et l’autre partie, la plus grande notamment est reversée au propriétaire du camion. Le carburant et les réparations sont à la charge du propriétaire du camion.

Dans la transaction, Olam retire 9,5% à titre de TPS, une taxe qui sera par la suite versée aux impôts. L’implantation d’Olam a permis de bouleverser pas mal de chose à l’intérieur du pays. Et pour l’avenir, Thérèse Moussounda Matassa Thérèse compte bien poursuivre cette activité. « Avec Olam je demande qu’on n’essaie de voir un peu plus loin par rapport à ce que nous sommes en train de faire », projette-t-elle. L’entrepreneur se dit prêt à toujours l’accompagner quel que soit le projet.


Michael Moukouangui Moukala

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs