En ce moment

Transport en commun : Quand les taxes font grimper le coût des trajets

mardi 19 juillet 2016 Economie


Si les taximen font payer souvent cher les trajets, c’est parce que, la taxe municipale, la patente, la visite technique, l’assurance, s’obtiennent à coups d’importantes espèces sonnantes et trébuchantes. Des charges qui créent un sérieux manque à gagner dans la recette quotidienne. Du coup, les transporteurs n’ont d’autre choix que d’augmenter les coûts des trajets.

Les belles années où quatre kilomètres de transport valaient seulement 100 francs CFA sont bien loin derrière. Aujourd’hui, pour rallier une telle distance en taxi, lorsque vous n’avez pas assez « misé » il faut casquer entre 500 et 1000 francs CFA. De la même façon les charges des transports en commun ont gonflé, au point que les taximen les répercutent directement sur le prix des trajets. Fini les années 70, où avec seulement 100 francs vous arriviez à vous déplacer sans problème.

‘’Tout s’explique’’ selon le président du Syndicat libre des transporteurs terrestre du Gabon (Syltteg), Jean Robert Menié interrogé par le quotidien d’information, l’Union. Pour le syndicaliste, « C’est l’augmentation exponentielle des charges afférentes à l’exercice de la profession de transporteur », qui justifie l’augmentation des prix du transport. Jean Robert Menie mentionne à titre d’exemple deux types de charges explicatives du phénomène, les charges officielles, (taxe municipale, patente, visite technique et assurance) et les charges officieuses, le racket. Selon la même source, telles sont les principales causes de la flambée des coûts de transports.

Solutions

Il convient donc de remettre de l’ordre dans le secteur des transports. Pour Jean- Robert Menié, cette réorganisation passe par une concertation tripartite réunissant le ministère des Transports, de l’Economie et du Budget, les transporteurs et les partenaires sociaux. C’est l’ultime touche qui pourrait par exemple permettre d’uniformiser le coût des trajets. «  Nous ne voulons pas d’une augmentation de tarif de transport mais nous voulons d’une baisse des charges pour rester à la même tarification ».

Bien plus, cette concertation devrait également, peut-être, permettre d’éradiquer « le désordre actuel » qui gangrène le secteur des transports terrestre au Gabon avec la montée en puissance des phénomènes de saucissonnage des trajets, de la ‘’mise’’, etc…

Vision

Le trajet à 100 francs CFA comme dans les années 70, voilà la vision du syndicat libre des transporteurs terrestres du Gabon (Syltteg). Un modèle de transport urbain dénommé « Modèle dynamique social » a été imaginé par le syndicat pour conforter les positions. Lequel model compte s’attaquer aux tracasseries policières, à la fluidité des infrastructures, la régulation et au coût des trajets. « Nous voulons que les Gabonais aient une accessibilité établie à la tarification des transports », projette le président du Syltteg.

Même s’il arrive que le cadre de concertation souhaité soit établi, rien ne garantit réellement que l’ordre règnera. En effet, de nombreux taximen ont pris goût à fixer les règles du jeu dans ce secteur. Et ce n’est pas pour demain la veille que la situation changera.


3M

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs