Dossier/Terrorisme : Braquage à AFRICA N°I !

vendredi 16 juin 2017 Société & environnement


Journée inoubliable que celle de vendredi 16 juin 2017 pour une dizaine d’agents de la radio africaine quand quatre individus cagoulés se passant pour des éléments de la Direction générale des recherches, DGR, ont fait intrusion dans la salle de rédaction d’Africa N°I, menaçant le personnel présent sur les lieux de travail à l’arme blanche. Couteaux et autres machettes ont été exhibés terrifiant, voire traumatisant les victimes de cet acte ignoble.

Les quatre agents de la DGR supposés que les véritables militaires qui ne les reconnaissent pas du tout recherchent actuellement, ont retiré aux journalistes, techniciens et autres producteurs présents en salle de rédaction et dans les cabines de la radio, leur téléphone portable au forceps. Avant de déposer sur la table de travail de la rédaction, un sac duquel ils ont sorti une « bombe » et un CD qu’ils ont obligé l’un des techniciens à aller placer sur un des appareils en cabine technique. Fait curieux, ce CD audiovisuel dévoilait un drapeau gabonais sous lequel était inscrite la légende suivante « la révolution du peuple ».

Question : De qui peut bien provenir un tel simulacre ? Qui visiblement indisposerait les plus hautes autorités du pays qui n’ont de cesse de rappeler que rien ne vaut la paix. Un tel acte pose le problème de l’insécurité, sinon de son évolution dans un pays durement frappé par la crise manifeste avec le chômage galopant touchant aux dires de certains, près de 30% de la population active. Pôvres « africains » qui broient déjà du noir trainant un peu plus d’une demi-année d’arriérés de salaires. Le traumatisme se lisait sur tous les visages, y compris ceux des responsables arrivés pour certains, juste après avoir appris la nouvelle.

Pourvu que cette situation qu’ont, selon des sources concordantes, vécu également d’autres médias dont TV+ le même jour, n’entrave pas le bon déroulement des activités dans ces chaînes et ne soit pas pour les professionnels un alibi qui pourrait les conduire à la démobilisation dans un contexte marqué par la persistance d’actes de vandalisme à l’échelon national. Nous osons espérer que les autorités prendront les mesures qui s’imposent en pareille circonstance non seulement pour protéger les populations fragilisées par le coût de la vie, mais aussi pour préserver son corollaire, l’équilibre de la nation. Ces tracasseries ne manquent pas de créer la psychose, c’est le moins que l’on puisse dire.


Dounguenzolou

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs