Télécommunications/CNQC : Le nouvel outil de l’ARCEP !

jeudi 14 avril 2016 Economie


Pour avoir un contrôle élargi sur les opérateurs de téléphonie mobile exerçant au Gabon, l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) vient de se doter d’une solution innovante.

L’outil de Contrôle continu de la disponibilité des services mobiles (CNQC) est une solution innovante nouvellement acquise par l’Arcep auprès de la société G-Tech. « Le CNQC est une solution basée sur une automatisation complète de la collecte des données sur les réseaux à la visualisation en temps réel des résultats. »

Grâce à cette solution garantit le dirigeant de la société G-Tech, Olivier Ghibaudo, « Aucune modification des données initiales ou des résultats n’est possible ». La solution garantit à l’Arcep des informations complètes sur les réseaux de téléphonie mobile cela, 24h/24 et 7 jours/7. Impossible pour les opérateurs d’échapper à leurs engagements ni même de contourner le régulateur des télécommunications comme cela était visible par le passé. « Avec ce nouveau type de contrôle, l’Arcep va pouvoir contraindre, preuves à l’appui, les opérateurs d’améliorer la disponibilité de leurs réseaux », confirme d’ailleurs Patrice Miconi, Conseiller du Président de l’Arcep.

Lutter contre le cafouillage

Suite à la mauvaise qualité des prestations proposées par les opérateurs de téléphonie mobile, l’Arcep avait menacé le mois dernier, de retirer les licences d’exploitation des réseaux 3G et 4G à certainsd’entre eux. Le régulateur de télécommunications menaçait soit de réduire la durée d’exploitation des licences ou l’autorisation d’exploitation pour seulement un an au plus.

Pour l’Arcep, trop de cafouillage subsiste dans la branche d’activité téléphonie mobile quand bien même un terrain d’entente entre le régulateur des télécommunications et les opérateurs de téléphonie mobile pour « corriger les manquements » et améliorer la qualité de leur service avait été trouvé mais sans suite favorable. Les opérateurs de la branche s’illustrent dans les mêmes déboires. L’adoption du CNQC vise donc pour l’Arcep à lutter contre ce type d’incidents qui se répètent quotidiennement.


3M

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs