Start up : Incinex récupère les déchets médicaux

jeudi 2 juin 2016 Santé


Fruit du Grand Prix de l’Excellence et du concours "Startupper de l’année", lancé par total Gabon, Incinex, la Start up de Boris Abessolo se lance dans la collecte, le transport et l’incinération des déchets biomédicaux.

C’est un segment d’activité difficile que Boris Abessolo, le jeune startupper gabonais a choisi. Mais grâce à l’appui de la Banque mondiale, de Total Gabon, JA Gabon, de l’Agence nationale de promotion des investissements (ANPI), du cabinet Deloitte, du ministère de la Santé, ce dernier compte bien arriver à ses fins.

Son entreprise : Incinex, basée au sein de la zone économique spéciale de Nkok, compte "assurer une vraie prestation de service pour l’élimination des déchets d’activités de soins médiaux dans un souci permanent de respect de la législation, de l’environnement". L’arrivée de cet incinérateur au sein même de la ZES de Nkok ne constitue aucun danger pour les opérateurs présentssur les lieux ou les populations environnantes.

"L’idée de cette entreprise est venue de l’observation selon laquelle les déchets biomédicaux traînent un peu partout(...) que les personnes vivant proche des cliniques s’exposent au danger que représente les déchets de ces cliniques, par le fait que les chiens ou les oiseaux transportentces déchets pas souvent appropriés et en plus à la portée des enfants. C’est dans ce sens qu’est née l’idée Incinex", a expliqué le promoteur Boris Abessolo au cours de la conférence de presse de présentation de l’entreprise hier, mercredi 1 juin à la Chambre de Commerce.

Ciblage

Selon l’enquête récemment effectuée par le responsable d’Incinex, quelques 140 structures de soins (hôpitaux, cliniques, pharmacies, laboratoires) de Libreville produisent à elles seules, près de 15 tonnes de déchets médicaux chaque mois pour une production journalière de 100 kg de déchets pour les grandes structures comme le Centre Hospitalier Universitaire de Libreville (CHUL), l’hôpital Militaire, etc…

C’est donc vers ces structures (du secteur public et privé) qu’Incinex compte orienter son offre de service. "Nous pouvons gérer 1,5 tonne de déchets dangereux par jour", promet le promoteur. Pour le ministère de la Santé, le service d’hygiène et l’administration de l’environnement Incinex est un partenaire supplémentaire bénéfique. L’arrivée de cette entreprise est "très louable ! C’est très intéressant et important", affirme Panzou Bernard Landry, Chef de service Environnement Industriel à la Direction général de l’environnement.

"Elle ne sera pas certes la première sur le terrain ajoute t-il, mais elle sera la première à concurrencer les majors qui veulent absolument monopoliser le marché. L’administration de l’environnement ne peut que se réjouir car elle va résoudre un problème qui concerne l’environnement immédiat des Gabonais". Il faudra toutefois attendre le mois d’août pour voir les premiers pas d’Incinex.


3M

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs