PDG/Conseil provincial du Haut-Ogooué : Quand Luc Oyoubi joue les pêcheurs en eau trouble !

26 février, 18:34, par Ndende claude

primo :
Madame Okassa n’est pas propriétaire de ces récépissé, les militant sont donc en droit de les réclamer et d’user du recours légal qu’ils souhaitent pour rentrer en possession de leur bien. Si l’un d’entre eux prend la responsabilité d’agir dans l’intérêt du plus grand nombre cela me semble être une bonne chose. C’est aux officier de police à qui il revient de statuer sur l’illégalité présumé des actes reprochés à Madames Okassa (et sans doute pas aux journalistes).
deuxio
Il semblerait que les gabonais aient un vrai soucis avec la notion de responsabilité civile. Comment peut-on prôner l’impunité des potentiels magouilleurs lorsqu’un responsable qui n’était pas candidat à sa propre succession, (un fait rare dans nos contrées) qui de ce fait jouit d’une certaine neutralité, s’indigne et porte la situation à la connaissance des autorités compétentes dans l’intérêts de tous les militants de la Sébé Brikolo complètement floués.
Je crois qu’il faut que l’on réfléchisse différemment dans ce pays

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.