La chronique de l’Agitateur : Le paradoxe gabonais - commentaires