Sphère politique : Le rêve de Mike Jocktane

mardi 27 juin 2017 Speciales


S’exprimant sur sa page Facebook, le samedi 24 juin dernier, Mike Steeve Jocktane ancien membre actif de l’Union Nationale (UN), s’est prononcé sur l’actuel contexte politique gabonais. Ce dernier n’a pas manqué de commenter la récente mission d’information d’une délégation de la Cour pénale internationale, CPI.

L’évêque Jocktane a vraisemblablement été illuminé par une puissance surnaturelle qui a dû, certainement, le ramener sur la voie de Dieu tellement l’on avait du mal à cerner sa réelle posture. Ne dit-on pas que les voies de Dieu sont insondables ? Lui qui voulait dans un passé récent, avec l’Union Nationale (UN) en découdre coûte que coûte avec Ali Bongo Ondimba et son régime, rêve aujourd’hui d’un autre Gabon dans lequel régnera « le pardon et la réconciliation ».

Une rêve altéré par l’intolérance des leaders politiques confondus par le séjour en terre gabonaise de la mission de la Cour Pénale Internationale (CPI) qui ne devrait pas, pour l’opposant, être interprété comme «  la victoire d’un camp sur l’autre » mais « au contraire, la présence de cette délégation de l’institution la plus controversée de la justice internationale sur le sol gabonais devrait être perçue comme une honte pour notre jeune démocratie », affirme Mike Steeve Jocktane. Ce dernier d’ajouter « nous devons avoir la hauteur d’esprit pour régler nos différents entre nous plutôt que de faire appel à la CPI qui n’a de mérite que d’être proactive quand il s’agit des Africains ».

Une opinion qui n’a pas laissé insensible sur sa page Florent Franck Ekome qui a promptement réagi. « Vous qui lisez la Bible, même Dieu ne laisse pas une faute impunie, il faut bien que chacun réponde de ses actes même ci les gens dialoguent ou pas, vous n’êtes plus cohérent ». Autre réaction d’un internaute : « Mike aurait dû y penser avant. Comme les évêques de l’ASSINCO au Congo, Jocktane aurait dû revêtir sa tunique d’Evêque et proposer une médiation entre le pouvoir et l’opposition au nom de l’amour qu’il a pour le Gabon. Au lieu de cela, il s’est clairement positionné politiquement et rêve aujourd’hui d’un autre Gabon lui qui a attisé la haine avec l’UN ».
Des réactions qui devraient certainement pousser à la réflexion l’opposant et Evêque qui toutefois estime que « notre très cher pays mérite mieux que de laisser la haine et la rancœur diriger nos actions ».


Tony Muru

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs