Sida : Le « Cycle de vie », la nouvelle approche thérapeutique

jeudi 24 novembre 2016 Santé


Les efforts du monde pour faire reculer l’épidémie du sida portent significativement des fruits. Et pour preuve, entre janvier et juin de l’année en cours, environ 18,2 millions de personnes, soit 1 million supplémentaire, ont eu accès aux antirétroviraux. Toutefois, l’objectif escompté n’est pas encore atteint. Au regard de la propagation importante du virus, l’Onusida appelle à redoubler d’effort, en privilégiant la nouvelle approche basée sur le cycle de vie.

L’alerte du directeur exécutif de l’Onusida, Michel Sidibé sur l’évolution du sida est presque satisfaisante bien que le combat d’un « monde sans sida » n’a pas encore été gagné. « Nous avons accompli des progrès remarquables, particulièrement en termes de traitement, mais ces progrès sont également incroyablement fragiles », a déclaré Michel Sidibé. Les données publiées par l’Onusida dans son rapport montrent qu’un million de personnes supplémentaires ont eu accès sur la seule période de janvier à juin 2016, aux antirétroviraux.

Cependant de nouvelles infections susceptibles de toucher plus les femmes que les hommes sont à envisager. C’est pourquoi le rapport met en exergue l’importance vitale d’atteindre les populations clés avec des programmes de prévention et de traitement du VIH répondant à leurs besoins spécifiques. L’une des solutions remèdes de l’Onusida consiste à agir sur le cycle de vie qui pour l’organisme peut permettre d’accroître les efforts afin d’élargir le dépistage du VIH aux femmes enceintes, d’étendre le traitement aux enfants et d’améliorer et développer le diagnostic précoce chez les nourrissons. Des objectifs qui passent par l’utilisation de nouveaux diagnostics et méthodes innovantes tels les rappels par SMS.

En déployant cette nouvelle politique de prévention, cela permettra de lutter contre l’augmentation des expositions lors du passage de l’adolescence à l’âge adulte chez la jeune fille. Une période jugée particulièrement dangereuse en Afrique subsaharienne. Le rapport insiste également sur la prévention du VIH comme élément clé contribuant à l’éradication de l’épidémie chez les jeunes femmes afin de rompre le cycle des infections à VIH.

En juin 2016, dans son rapport sur les lacunes en matière de prévention contre le VIH, l’ONUSIDA a indiqué que les efforts de prévention contre le VIH ne fonctionnent pas pour les adultes. Le nombre de nouvelles infections chez les adultes n’a pas diminué pendant au moins ces cinq dernières années. Voici une cible sur laquelle, la nouvelle politique de prévention pourrait aussi agir. « Mettre fin à l’épidémie de SIDA est possible uniquement si nous mettons nos efforts en commun et si nous accomplissons à titre individuel ce qui est à notre portée en adoptant de manière créative et dynamique les objectifs 90–90–90 », ajoute Eunice Makena Henguva, chargé de projet pour l’émancipation économique de la jeunesse pour le réseau namibien pour la santé des femmes.


3M

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs