Siat Gabon : 5 milliards de francs CFA, mystérieusement perdus !

vendredi 15 avril 2016 Economie


La société Siat Gabon, une filiale du Groupe éponyme (Siat), spécialisée dans l’agro-industrie enregistre une perte de 5 milliards de francs CFA.

Si la stabilité sociale et sectorielle, (outre l’activité de caoutchouc qui a chuté de 60% en avril 2016), est probante au sein de la société Siat Gabon, les indicateurs financiers de performances sont quant à eux aux antipodes de cette « bonne santé ». L’année dernière la filiale du groupe a enregistré un chiffre d’affaires de 22,214 milliards de francs CFA contre 23,294 milliards de francs CFA en 2014, soit une perte de 480 millions de francs CFA durant le dernier exercice. A côté de la chute du chiffre d’affaires entre l’exercice 2014-2015, Siat Gabon enregistre également un trou financier (perte) de 5 milliards de francs CFA. Cette perte est officielle puisque reconnue et validée par le Conseil d’Administration.

Les raisons de la perte ?

Jusqu’à présent les raisons de ce gap financier relèvent du mystère ! C’est pourquoi, à la demande des actionnaires, une assemblée générale aura lieu le 27 avril prochain. Cette assemblée générale statuera sur l’état actuel des finances et pourrait même adopter des nouveaux statuts, plus en phase avec le nouvel acte uniforme OHADA, relatif aux droits des sociétés commerciales.

Perspectives ?

Le moins que l’on puisse dire c’est que Siat Gabon est dans une situation financière bien difficile. D’ailleurs, pour faire face à ses difficultés, la société a envisagé depuis 2014 des mesures économiques drastiques, histoire de sortir du « pétrin ». Idem pour l’année en cours, marquée par l’austérité des choix opérés, et ce, en raison de la continuelle baisse du cours du caoutchouc. L’objectif étant de faire évoluer la politique de réduction des coûts des frais généraux au siège de 16% et près de 24% en année pleine, le pilotage de la trésorerie par le besoin en fonds de roulement (BFR) (déstockage, négociation avec les fournisseurs et paiement cash des clients), des économies d’énergie grâce à la mise en service de la cogénération en juillet 2016.

Pour la même année, le spécialiste de l’agro-industrie envisage également d’accélérer sa politique de re-planting, l’entretien de l’outil industriel et une responsabilité sociale plus accrue : compensations villageoises, réfection et construction de logements, mises en conformité QHSE. L’assemblée générale revisitera-t-elle ses perspectives ou se contentera-t-elle de rechercher les causes du trou financier ?


3M

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs