Séminaire gouvernemental : Libérer la parole des ministres

dimanche 15 septembre 2019 Politique


C’est l’objectif principal du conclave du gouvernement ce week-end à la Pointe Denis. Au cours de cette rencontre, les membres du gouvernement ont été invités à communiquer davantage, afin de mieux expliquer aux populations, leurs actions sur le terrain.

L’équipe de Nkoghe Bekalé qui concentre les critiques des populations sur le chômage, les mesures d’austérité et leurs effets directs dans les ménages, est à la recherche d’un apaisement qui, visiblement tarde toujours à venir. Dans ce contexte, les ministres doivent vulgariser davantage leurs actions, leurs visites de terrain, s’ouvrir aux journalistes qui doivent relayer leur communication pour ceux qui ne savent que parler, et leurs actes, pour ceux qui réussissent à en poser quelques uns. Il faut montrer aux populations que le gouvernement travaille.

C’est le deuxième séminaire du genre sous Julien Nkoghe Bekalé, après celui de février dernier. Seulement cet enchaînement de séminaires gouvernementaux sur la communication des patrons des départements ministériels pourrait laisser entendre que les ministres ne communiquent pas assez ou pas du tout. Sauf à considérer que le gouvernement n’a que la communication gouvernementale comme préoccupation majeure au point d’y consacrer deux séminaires en l’espace de quelques mois seulement. Certes, il y a dans notre pays, une telle frilosité de la part des ministres et autres cadres qui, pour parler doivent en référer au patron et le patron à un autre patron, toute choses qui retarde le travail des journalistes, qui, devant l’urgence de l’actualité sont parfois contraint de se fier aux spéculations plutôt qu’à une information vérifiée. Situation bien trop gênante quand on sait que nos personnalités ne s’ouvrent facilement qu’aux médias étrangers, le complexe aidant.

Pourquoi un ministre qui connaît son administration doit d’abord demander l’autorisation au premier ministre avant de répondre aux questions d’un journaliste ? Pourquoi un ministre qui a supervisé le dialogue politique d’Angondje doit d’abord en référer au chef du gouvernement avant de répondre à un journaliste dont le papier presse ? Pourquoi un ministre qui a organisé la fête doit d’abord solliciter l’autorisation du premier ministre pour parler aux médias ? Pourquoi les ministres doivent toujours en référer au premier ministre, qui, certainement en réfère aussi à d’autres ? Voilà le vrai problème de la communication gouvernementale. Et aussi longtemps que sera entretenue cette mentalité de références automatiques à tous les niveaux, les séminaires n’y changeront absolument rien.


Leno Koleba

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs