SEEG : Les défis de 2016 ?

lundi 22 février 2016 Société & environnement


Pour 2016, la Société d’Energie et d’Eau du Gabon (SEEG) envisage les choses en grand. Un service accessible à tous, une contribution plus accrue au développement des infrastructures et une qualité de service irréprochable, sont les nouveaux défis que comptent relever l’entreprise pour l’année en cours.

Les années se suivent mais n’ont pas toutes le même écho. Il en va de même pour l’offre commerciale de la Société d’Energie et d’Eau du Gabon. Si la mise en service de l’usine de Ntoum de CimGabon, l’extension du réseau d’eau dans les quartiers de Bel-Air et Diba-Diba, le renforcement de la capacité de la centrale d’Owendo (à +30%) pour l’optimisation de l’alimentation en électricité de la ville de Libreville, le raccordement au réseau électrique de la ville de Cocobeach, le recrutement de près de 166 nouveaux profils, le lancement de la facture d’eau par courriel, l’accès au service de mobiledan, la contribution à la préservation de la biodiversité nationale avec la réhabilitation électrique de l’arboretum de Sibang et le raccordement à l’eau et l’électricité des établissements scolaires du Gabon constituent le gros des actions en 2015 de la SEEG.

Pour cette année, la société voit grand : 58 projets dont 28 pour le renforcement de la production d’eau et d’électricité dans le cadre de l’agenda 2016 ont été ciblés. Ces projets devraient permettre d’accroître de +24,380 m3/jour soit +50% d’augmentation, la capacité en eau et de 66,4 Mégawatts (MW), en électricité. Cumulativement, ce sont près de 373 000 habitants qui devraient avoir accès à ces deux services dans respectivement 14 localités du pays. Pour les responsables de la SEEG, l’objectif est de répondre au mieux aux besoins en eau et électricité des consommateurs à travers le Gabon.

Pour atteindre un tel objectif et le rendre plus pratique que théorique, l’entreprise maximisera sur l’accessibilité du service pour tous, le développement des infrastructures bénéfiques et sur l’accroissement de sa qualité de service. La SEEG jouit en Afrique d’un confortable positionnement en termes d’offre d’eau potable à la clientèle. Depuis 1997, l’entreprise réalise des investissements évalués à ce jour à 400 milliards de francs CFA pour un investissement moyen par projet de l’ordre de 20 milliards de francs CFA. Si le service de cette entreprise est parfois l’objet de critiques de part et d’autre dans le Gabon, certains aléas temporels, fonctionnels et les sabotages dont elle dit être victime seraient pour quelques choses dans les faiblesses de l’offre de service. La SEEG amorce 2016 avec beaucoup d’optimisme. Que nous réserve-t-elle donc pour l’avenir ?


3M

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs