Saccage des arbres : La colère de la Mairie !

lundi 8 février 2016 Société & environnement


Les habitants du quartier charbonnage, vers la zone du Lac Bleu, sont-ils réticents au changement ? Des arbustes plantés par la mairie de Libreville pour embellir la ville sont étêtés à la machette. Ce forfait, le énième du genre, ne laisse pas indifférente la mairie centrale de la capitale gabonaise.

Des arbustes plantés, il y a moins de deux ans par la mairie de Libreville, étêtés à la machette, l’image a forcément interpellé plus d’un usager du tronçon Cité de la Démocratie-Lac Bleu. Pourtant, ces agissements qualifiés par la mairie de Libreville d'« acte d’incivisme » ne sont pas nouveaux. Déjà en septembre dernier, le même forfait avait été commis. Sauf que cette fois, c'est la goutte d'eau qui a fait déborder le vase, comme dit le dicton. Et pour cause, plus d’une trentaine d’arbustes ont été étêtés par des inconnus et sans aucune raison valable. « En début d’année dernière, nous avions déjà été interpellés par ce phénomène, notamment à Owendo. Cette année, comme vous avez pu le constater, la même chose s’est produite à Libreville, à quelques encablures de l’échangeur de l’ancienne Cité de la Démocratie. Ce que nous déplorons fermement, car ces actes mettent en mal l’action de la Mairie de Libreville », a déploré Jean-Charles Igoho Demba, porte-parole de la Mairie de Libreville.

Quelques usagers rencontrés sur le lieu du forfait sont muets devant la situation. « On constate comme vous », avancent-ils. Impossible donc à l’heure actuelle de connaitre les acteurs de cette « barbarie » surtout que le lieu est quasiment désert. Alors qu’est-ce qui peut bien expliquer ce énième forfait surtout que c’est à la machette que les arbustes ont été coupés ?

Il semblerait que ces actes inciviques ont lieu nuitamment. "Si des individus reprochent à la mairie de Libreville quelque chose, qu'ils s'adressent aux autorités en place en leur envoyant des correspondances", invite le porte-parole de l'Hôtel de Ville. Ce dernier de rajouter : "l'action de briser et replanter à chaque fois les mêmes arbustes coûte au budget communal mais en même temps au contribuable qui nous aide à entretenir ces arbustes".

Sanctions

Un énième cas d'incivisme que les autorités municipales ne comptent pas passer sous silence. Elles comptent tout faire pour identifier les auteurs. D'ors et déjà, l'hôtel de ville appelle les uns et les autres à adopter "un comportement citoyen et participatif". Des brigades de nuit seront instituées le plutôt possible pour tenter d'identifier les auteurs de ces actes. Au sujet des sanctions, des peines d'emprisonnement allant de 12 à 24 mois et des amendes pouvant aller au delà d'un million de francs CFA sont prévues pour tout individu pris la main dans le sac. Affaire à suivre...


3M

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs