Revue de la presse

mardi 19 janvier 2016 Speciales


Trois sujets à la une de l’actualité de la semaine écoulée : le sacre de l’internationale Aubame Eyang, la promotion dont ont bénéficié les forces de l’ordre et la candidature unique de l’opposition à la prochaine présidentielle, longuement traités par la presse parue la semaine écoulée.

« A peine soixante-douze heures, et le Gabon n’a pas fini de jubiler. En effet, filles et fils fêtent Pierre-Emerick Aubameyang, la panthère consacrée par la CAF. Ballon d’or 2015, le Gabonais bat à plate couture Yaya Touré (Cote d’Ivoire) et André Ayew (Ghana). Evènement national, le champion a fait un tour de ville avant d’être reçu à grandes pompes au palais de la présidence de la République. », commente le satirique La Griffe.

« Ballon d’or du mauvais cœur ! », rumine le journal le Nganga

« Meilleur buteur africain de la dernière Coupe du monde, souvent nominé pour le prix de meilleur joueur africain de l’année sans jamais monter au trône, relève le journal qui poursuit, le Ghanéen Asamoah Gyan a lui aussi craché son venin sur Pierre-Emerick Aubameyang, lauréat 2015 de ce trophée, et sur la Confédération africaine de football (CAF). Le buteur ghanéen qui évolue en Chine n’a pas mis de gants pour critiquer le vote des sélectionneurs et DTN. Rapportant au passage les critiques de l’international :« Aubameyang ne mérite pas ce prix cette année. Il a fait une très bonne saison avec son club, mais sa CAN a été mauvaise. Je pense qu’André Ayem a fait une très bonne CAN et a excellé dans ses clubs (Marseille et Swansea). C’est un désastre de ne pas l’avoir récompensé ». Ce qui est loin d’être le fond de la pensée d’Asamoah, qui n’a en fait jamais digéré d’avoir été ignoré sur deux saisons par la CAF, le privant ainsi d’une récompense qui lui était destinée. « J’aurai dû gagner cette récompense en 2011 et 2014, surtout après mon record à la Coupe du monde 2014 au Brésil. La CAF m’a ignoré car je jouais dans un petit club. Ils sont en train de tuer le football », a craché le Ghanéen. Qui rejoint ainsi la meute hurlante, avec Yaya Touré et André Ayew, des jaloux d’Aubameyang. », relève le journal le Nganga.

« PEA inaugure aussi une ère nouvelle. Celle du Gabon de 2016. Celle du Gabon qui gagne. », Renchérit le journal Echos du Nord.

 « Si de petits esprits ont cru pouvoir se saisir de ce succès pour se mettre en valeur c’est qu’ils n’ont rien compris. Le titre de PEA vient de transformer, une fois dans l’histoire de notre pays, l’hymne national en réalité et en véritable chant de victoire : « une aurore se lève… ». Elle se lève avec un Gabon qui dit non aux démons qui l’assassinent et qui tuent la jeunesse ; qui l’embrigadent ; qui en font des bœufs votants ; qui la mobilisent pour insulter et jeter les cailloux sur les toits des anciens ; qui la rangent dans le bétail à meeting ; qui en font des lampistes à crimes rituels etc. PEA vient appeler les jeunes à rompre avec ces passés douloureux et sans lendemains. », analyse le journal.

« Sa petite majesté Ali Bongo Ondimba, poursuit Echos du Nord, devait commencer par écouter le sien qui avait dit parlant de lui : « Il aura peut-être ma maison et ma voiture, mais pas mon siège ». La preuve est là, il a forcé sur le siège et tout est parti en vrille. Aujourd’hui, il veut cueillir le succès là où il n’a rien semé. A-t-il seulement compris que la victoire de PEA sonne le glas de la médiocrité qu’il incarne ? », s’interroge le journal.

« Le sport est vraiment magique », se réjouit le journal L’Objectif. Mais le football l’est encore plus. La CAN 2012 et la victoire de PEA à Abuja lors de la désignation du meilleur footballeur africain 2015 ont fini par nous rappeler que nous appartenons tous à un même pays et que finalement l’élan tribaliste et les discours d’épuration ethnique évoquée par quelques mauvaises langues ne servent à personne d’autres qu’aux politiciens dans le cadre stricto sensu de la sphère politique : utiliser l’identité culturelle pour des intérêts égoïstes de politiciens.

D’ici à la présidentielle 2016, les moments de bonheur partagés ensemble ces dernières heures vont être oubliés. Les discours tribalistes vont reprendre le dessus, sur la langue des politiciens avides de pouvoir et prêts à mettre le pays à feu et à sang pour leurs intérêts. PEA aura au moins fait sa part et le peuple aussi. », commente le journal L’Objectif

 

« Le ballon d’or de la connerie pure ! » grogne le bimensuel La Nouvelle République. « Tout porte à croire, poursuit le journal, que le curieux choix d’Emeric Aubame Eyang comme meilleur joueur africain et détenteur du ballon d’or africain 2015 est une suprême idiotie qui doit faire pouffer de rire les instances internationales du sport. Et si Alain-Bernard, pour sa campagne électorale entendait faire de ce jeune international sa mascotte de service ? Il n’est pas exclu, pour atteindre son but, et au vue de cette étrange mobilisation présidentielle, qu’il ait soudoyé des crapules comme Issa Hayatou, un sinistre personnage corrompu jusqu’à la moelle, afin de capitaliser « l’exploit » pour sa prochaine réélection. », Commente le bimensuel. 

 

 Sur la pertinence du choix d’Aubame Eyang, le journal s’interroge. 

 

 « Que voulez-vous, s’indigne le journal, tant qu’il y aura de tas d’abrutis qui vont au stade se massifier pour encourager, au détriment de leurs portefeuilles, ces individus qui se font du fric pour un boulot à la con, les Aubame Eyang donneront lieu à une longue et pitoyable reproduction de footballeurs. », regrette La Nouvelle République  

 

 

 

Les forces de l’ordre ont connu des promotions exceptionnelles de la part du président de la République. Un geste très critiqué par la presse laquelle n’est pas allée avec le dos de la cuillère.

Le journal Echos du Nord note pour sa part que : « En pleine crise économique, le baril de pétrole est de 12 dollar en deçà de l’hypothèse retenue par le gouvernement pour élaborer le budget, le président de la République décide de procéder à une augmentation de salaire des agents des forces de sécurité et de défense. En procédant à un nombre très élevé de « passage en galon », cela va se traduire automatiquement par un accroissement de la masse salariale des policiers, gendarmes et militaires. Comme si cela ne suffisait pas, Ali Bongo Ondimba aurait promis, selon nos sources, de renouveler l’opération au mois de juin prochain. Une piqure de rappel sans doute à deux mois de l’élection présidentielle. On comprend mieux, dès lors, les raisons qui ont conduit le gouvernement à procéder à la hausse de 19% des crédits du ministère de la défense nationale. », fait remarquer Echos du Nord.

« A force de distribuer ces épaulettes comme des petits pains, renchérit le bimensuel La Nouvelle République, leur crédit s’étiole puisque ces distinctions ne seront plus le fait du mérite mais d’une aberrante stratégie de Com. Plus personne ne fera plus d’efforts de perfection ni de remise en cause puisqu’il faudra attendre chaque présidentielle pour espérer porter de nouveaux galons. C’est ainsi, à force de pratiques du genre, qu’on fabrique de mauvais agents peu outillés et nos casernes ne seront plus remplies que de hauts galonnés incompétents et prêts à toutes sortes de dérives et voies de faits. », analyse le journal.  

« Alain-Bernard a tout de même le mérite de distribuer les galons à tout le monde. Ce qui vient changer un peu la donne dans ce milieu où avoir de nouveaux galons passait par une cooptation familiale ou maçonnique ridicule ou vous soumettait à d’effroyables compromissions. C’est ainsi que les plus cancres étaient souvent les mieux nantis. Nuance La Nouvelle République » 

 

 Sur la candidature unique de l’opposition à la prochaine présidentielle, une candidature unique qui fait tache d’huile et ébranle le camp de l’opposition au de s’exposer à une implosion, la presse s’adonne à cœur joie :

« L’opposition gabonaise est au sommet de son art ou plutôt, allais-je dire, de sa bêtise atavique. Elle nous offre un spectacle ahurissant, le plus affligeant et indigne de gens d’un certain âge. Du jamais vu dans l’histoire de la laborieuse marche politique de notre opposition vers la prise du pouvoir », relève le bimensuel La Nouvelle République. Qui poursuit,

 « Une candidature unique est une utopie tant qu’on s’enfermera aussi longtemps dans des schémas du genre « une candidature Fang, Punu, Miéné ou Nzebi », des réflexes bassement ethniques qui sont autant de ferments amplifiant le repli identitaire, donc des facteurs inhibitifs à l’éclosion d’une véritable culture démocratique et un esprit citoyen dans nos Etats en construction », analyse le journal. 

 

« En fait, explique l’éditorialiste de la Nouvelle République, l’opposition nous distrait, elle n’est pas encore prête pour la prise du pouvoir, elle doit encore attendre…Tel est le message que nous renvoient hélas, de façon sibylline, les frasques de notre opposition. », tempête le journal.

« L’unité, déjà incertaine, du Front de l’opposition pour l’alternance, va-t-elle survivre à l’épreuve de force que le camp de Jean Ping a engagée, avec l’annonce d’un processus de désignation du candidat unique dans lequel ses pairs les plus considérables comme Zacharie Myboto, Casimir Oyé Mba, Luc Bengone Nsie, Pierre-André Kombila, Jean de Dieu Moukagni Iwangou ou Jacques Adiahénot, disent ne pas reconnaitre ? », s’interroge Matin Equatorial

« Jean Ping sera donc finalement investi vendredi prochain, candidat unique du Fopa. A moins que Pierre-André Kombila, Luc Bengone Nsie, Moukagni Iwangou, Jacques Adiahénot et les principaux responsables de l’Union nationale ne s’organisent pour empêcher sans doute ce qui apparait à leurs yeux comme une mascarade. », Prédit le journal.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


L\’Agitateur

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs