Rentrée politique du RPG sous le thème du changement : Que veut Père Mba Abessole ?

jeudi 10 décembre 2015 Politique


Quel Gabonais peut être surpris aujourd’hui par le fait que Paul Mba Abessole dénonce la caducité du système en place dans le pays tant la rhétorique de l’homme politique ambivalent est connue de tous depuis qu’il s’est « dénudé » durant le temps mis par Omar Bongo Ondimba au pouvoir, c’est-à-dire la période pendant laquelle il jouait avec brio les « opposants » ?

Il fallait être décidemment « Rpégistes » jusque dans la moelle, le week-end écoulé pour oser admettre les inepties déversées par le ‘’saint père’’ lors de la rentrée politique de son parti que l’on a du mal à situer, car même s’il se positionne aujourd’hui dans les rangs de la majorité pour l’Emergence, on se demande bien à quel jeu il joue tant ses prises de position apparemment tranchées par moments sont pour le moins discutables, l’homme étant passé maître, selon de nombreux gabonais, dans l’art de divertir alors qu’il est plus que jamais temps d’attirer avec tout le sérieux que cela recommande, l’ensemble de la classe politique gabonaise sur les dangers que coure le pays par ces temps de dérive verbale et managériale que l’on soit estampillé opposant ou de la majorité.

Nombreux sont ceux qui se demandent qu’entend le ‘’saint père’’ lorsqu’il parle en ce début de XXIème siècle de changement sous le ton qu’il avait déjà adopté dans les années 90 sans jamais aller au bout de sa « logique ». De quelle situation meilleure parle-t-il quand on sait sa boulimie, son égocentrisme et sa fourberie, en somme les maux qui lui sont reprochés, y compris par ses proches d’où les démissions en cascade qui ont ponctué ses relations avec des hiérarques de sa formation politique ?

 Lorsque l’on se comporte comme il sait seul le faire, est- on sûr que l’on pense réellement à autrui ? Et si l’on n’est pas prêt de le faire, pourquoi s’avancer en affirmant solennellement que l’on veut le mieux- être de ses compatriotes. Ce discours suranné ne méritait plus d’être tenu en pareil temps, sauf lorsque l’on veut amuser la galerie. Et quand il appelle tout son monde à rompre avec le système actuel qu’il juge endommagé pour reprendre ses propres termes, n’est-il pas de près ou de loin comptable de la situation que traverse le Gabon aujourd’hui ? Heureusement qu’il vient apporter de l’eau à notre moulin lorsqu’il juge les concepts opposition et majorité comme des mots « trompe- nigauds », au vu surtout de l’affirmation suivante : « Il n’y a aucune différence entre un opposant dont on sait qu’il a des comptes à l’étranger « … » et un majoritaire qui, actuellement est en train de vider les caisses « … ».

Plus qu’une lapalissade !

 Conclusion : les hommes politiques dont lui, sont ceux qui appauvrissent la nation. Et quand le Père Mba Abessole arrive à ce constat d’échec, autant dire qu’il est partagé et si on lui demandait à lui de se retirer désormais, imaginez la suite ! Puisqu’il semble adhérer à la thèse défendue par plus d’un allant dans le sens de rechercher une nouvelle classe politique.

Si cela lui faisait aussi mal de remarquer que c’est en fait le système Bongo Ondimba qui a étendu ses tentacules depuis 2009, pourquoi a-t-il, lui qui tient à rééquilibrer les choses en faveur du citoyen, opté pour se retrouver dans la majorité, plutôt que de continuer un combat qu’il trainait comme une obsession selon lui depuis 1990, malgré les parades qui l’ont conduit successivement de l’hôtel Monts de Cristal à la Sablière en passant par Sibang 1 chez Jean- Baptiste Obiang- Etougué, Siloé et Mambré.

Depuis qu’il s’est illustré comme homme politique, qu’a apporté Mba Abessole au Gabon de positif ? De beaux discours certes, mais après ? Même les missiles « Khapa » qu’il promettait de lancer contre l’ancien chef de l’Etat gabonais aujourd’hui disparu n’ont eu que l’effet d’annonce dont l’on se rappelle encore tristement.

En France à son époque, le général de Gaulle disait qu’il fallait quitter les choses avant qu’elles ne vous quittent. Même s’il est vrai que l’assertion commune défend qu’il n’y ait pas d’âge en politique, quand l’action d’une personnalité fait l’effet d’un pétard mouillé, lui faut-il poursuivre son « combat » ou faut-il qu’il s’arrête en chemin pour éviter de s’attirer au finish les foudres d’une population qui n’a d’autre repas que l’ennui ? La reconversion en homme d’affaires par exemple n’existe-t-elle pas pour les politiques l’ancien habitant de Mambré affichant sa suffisance ? Paul Mba Abessole ne peut- il pas troquer son costume contre la traditionnelle soutane quoiqu’il soit défroqué ? Peut- être reviendrait- il à de meilleurs sentiments et verrait-il le monde autrement qu’avec les yeux d’acteur politique… 


Dounguenzolou

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs