Rentrée académique 2016-2017 : Vers une année blanche ?

vendredi 21 octobre 2016 Société & environnement


Annoncée au départ pour le 17 octobre dernier, puis renvoyée à une date ultérieure, c’est finalement au 31 octobre courant que la rentrée des classes 2016-2017 a été fixée. Une série continue de dates qui cache mal le malaise profond que traverse actuellement le secteur de l’éducation, tant les problèmes d’ordre structurel et la menace permanente de la grève des enseignants planent sur cette nouvelle année académique qui s’annonce comme étant l’une des plus incertaines. Surtout dans un contexte dominé par le ressentiment postélectoral des syndicats qui avaient appelé à voter pour Jean Ping.

Des lycées transformés en collège, tel le lycée d’excellence d’Owendo, des nominations et autres affectations des responsables d’établissements non encore effectuées, insuffisance de salles de classe et table-bancs, etc… Autant de signes palpables qui cachent mal le déficit criard des infrastructures scolaires dans notre pays, hypothéquant ainsi le calendrier académique 2016-2017.

D’où cette rentrée scolaire à deux vitesses, avec d’un côté, les élèves des établissements privés qui suivent aisément leurs cours depuis bientôt un mois, et de l’autre ceux du public, qui eux ne savent même plus s’ils seront dans les salles de classe le 31 octobre comme annoncé par le Ministre de tutelle. Surtout que les enseignants menacent de paralyser la rentrée si leurs camarades syndicalistes arrêtés le 9 juillet dernier ne sont pas libérés. Normal, quand on sait que nombreux des leurs s’étaient mobilisés massivement pour l’opposant Jean Ping, à la dernière élection présidentielle, suite à l’appel lancé par les responsables de la Conasysed, le syndicat des enseignants de l’éducation.

Ce qui, au-delà des revendications professionnelles peut paraître comme un dépit, mieux un règlement de comptes des enseignants syndicalistes avec Ali Bongo pour sa réélection qui, il faut le dire n’est manifestement pas de leur goût, et partant des leaders syndicaux eux-mêmes comme Jean Rémy Yama de Dynamique unitaire, Marcel Libama et Simon Ndong Edzo de la Conasysed etc. Tous connus pour leur activisme politique contre le régime Bongo.

Et avec leur détermination affichée ces derniers jours pour troubler la rentrée des classes, il faut croire que le spectre d’une année blanche plane lourdement , même si le Gouvernement Issoze-Ngondet, comme il est de coutume là-bas, tente de minimiser la situation, soutenant que la rentrée aura bel et bien lieu le 31 octobre prochain. Rien n’est moins sûr pour l’instant !


Charles Nestor NKANY

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs