Présidentielle à deux tours : Une exigence démocratique ?

mardi 26 janvier 2016 Politique


Voilà une question qui agite et divise tant la classe politique gabonaise, à moins de huit mois du scrutin présidentiel d’août prochain. Une question alimentant les débats au sein du landerneau politique.

Election présidentielle à deux tours au Gabon ? C’est le débat qui alimente les conversations et les polémiques les plus folles, alors que le pays s’apprête à organiser sa deuxième élection présidentielle de l'ère post Omar Bongo Ondimba. Et sur la question, trois conceptions se dégagent. La première, la frange de l’opposition composée de Zacharie Myboto et son entourage fait du scrutin à deux tours une condition préalable et indiscutable. Et pour parvenir à ses fins Zacharie Myboto propose la tenue d’un dialogue national inclusif devant déboucher sur la révision du code électoral et le passage à l'élection présidentielle à deux tours.

Un autre camp de l’opposition, incarné par Jean Ping ne s'attarde pas trop sur la question. Normal, sa priorité étant tout autre : évincer Ali Bongo Ondimba du fauteuil présidentiel en août prochain. Enfin le troisième camp, celui de la majorité élude volontairement ou involontairement la question, (c'est selon !). Pour le camp de la majorité l'élection à deux tours n’est pas forcement synonyme de maturité politique et de démocratie.

Un mode de scrutin nécessaire pour le Gabon ?

A en croire, Me Louis Gaston Mayila, Président de l’Union Pour la Nouvelle République (UPNR), dans son essai intitulé, "La Refondation de l’Etat au Gabon" affirme : « au premier tour, on élimine, au deuxième tour, on choisit… ». Pour le leader de l’UPNR : « il y a donc nécessité impérieuse de rétablir l’élection à deux tours, qu’il s’agisse de l’élection présidentielle, ou de l’élection des députés à l’Assemblée nationale ». L’urgence de revenir à un mode de scrutin à deux tours est d’autant plus fondée qu’elle va, toujours selon l’avocat, permettre de « rendre aux hommes politiques la légitimité qui leur manque désormais à cause d’un mode de désignation contestable ».

Ce dernier de rajouter : « une élection à un tour est une élection tronquée qui dénature la volonté du peuple ». Un avis que ne partage pas le ministre de la Communication, Alain Claude Bilie By Nzé. Au cours d’un débat consacré aux défis de la démocratisation, organisé par le quotidien français Libération, les 9 et 10 octobre dernier, qui l’a opposé à Marc Ona Essangui et Georges Mpaga, le ministre de la Communication a dit en substance qu’il y a des pays disposant d’un système d’élection à un seul tour, qui organisent des scrutins de moins en moins contestés. Ajoutant que la question de l’organisation d’une élection crédible et transparente réside dans la confiance que les citoyens ont en leurs institutions.

Ici, la position du gouvernement est claire : pas d’élection présidentielle à deux tours. Car le second tour pensent, certains ténors est souvent synonyme des jeux de magouilles et d’alliances contre natures, allant parfois contre la volonté des électeurs. Ce qui, selon les tenants de cette position, constitue une entorse à la démocratie. 

Un statu quo inutile 

On assiste donc là à une radicalisation des positions qui n’accouche rien de concret que le seul statu quo, tel qu’on l’observe aujourd’hui dans notre microcosme politique de plus en plus tendu.

A quelques mois de l’échéance présidentielle, il est impérieux que les acteurs politiques accordent leurs violons. De plus, l'élection à un tour entraîne toujours des contestations avec le sempiternel problème de légitimité du président élu. Et au regard du fort taux d'abstention enregistré à chaque scrutin, le Gabon risque d'avoir un Président de la République élu avec un faible suffrage. Pour mettre un terme à ces contestations post électorales, il faut peut-être envisager la migration vers le second tour de la présidentielle. En effet, plus les élus sont légitimes, plus ils ont les coudées franches pour gouverner.

                                               


CNN

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs