Présidentielle 2016 : Tempête dans les états-majors !

mardi 22 mars 2016 Politique


Le scrutin présidentiel s’annonce houleux ! Et pour preuve, le désordre gagne les différents états-majors. Du Parti démocratique gabonais, (PDG), considéré comme la locomotive de la galaxie présidentielle aux formations politiques de l’opposition, les démissions en cascade et l’émergence des courants internes, deviennent légion. La bataille est ouverte !

Cinquante-six, c’est le nombre des partis politiques légalement constitués au Gabon. Des partis qu’on peut scinder en deux groupes distincts : d’un côté ceux de la majorité présidentielle, (avec une trentaine de formations politiques) et de l’autre ceux de l’opposition. En fait, à peine une dizaine de partis alimente actuellement le landerneau politique, le reste étant perçu comme des partis-entreprises faisant monter les enchères en période électorale.

Les forces en présence ?

Fort de ce qui précède, il n’est pour l’instant pas aisé de pronostiquer l’issue du prochain scrutin, tant le manque de visibilité et de fédéralisme politique ne permettent pas de connaître le réel poids des formations. On en veut pour preuve, l’effritement de la mouvance présidentielle, sans compter l’éclatement de l’opposition, et ce, au fur et à mesure de l’approche de la présidentielle.

A moins de porter des œillères, le PDG fait face à une crise politique sans précédent. Laquelle crise est perceptible par la série de démission enregistrée. Scénario similaire pour l’opposition, réunie au sein d’une plate-forme appelée Front Uni de l’opposition pour l’Alternance (FUOPA). Un front essentiellement constitué de personnalités individuelles (17) et de partis politiques (10), dont les plus influents, sont entre autres l’UN (Union Nationale), parti créé par les anciens ministres de feu Omar Bongo tels que Zacharie Myboto, ancien ministre, André Mba Obame, ancien Ministre de l’Intérieur et « fils adoptif » d’Omar Bongo ; Jean Eyeghe Ndong, dernier Premier ministre de l’ère Bongo père, Paulette Missambo, ancien membre du gouvernement.

Un parti divisé entre les camps d’Eyeghe Ndong, décidé à soutenir coûte que coûte la candidature de Jean Ping, et celui des Myboto militant pour la candidature de Casimir Oye Mba. Même chose pour l’UPG de feu Pierre Mamboundou, arrivé en deuxième position aux scrutins de 1998 et 2005 et troisième en 2009, fragilisé également par l’émergence en son sein de factions rivales (quatre au total), dont celle de Mathieu Nziengui Mboumba, aujourd’hui Ministre de l’Agriculture. A ces deux partis s’ajoute aussi le PSD de Pierre Claver Maganga Moussavou, dont le vice-président, Moulengui Boukossou, vient de faire allégeance à Jean Ping.

Des dissensions mortifères ?

Les antagonismes de plus en plus profonds intervenus au sein du FUOPA, entre pro et anti Ping, sont liés à la guerre des chefs pour la plupart vieux briscards de la politique, qui s’arrachent les cheveux pour conquérir le pouvoir. Du coup, les chances de l’ « alternance », tant souhaitée par ces derniers, semble être compromises.
L’expérience des scrutins précédents a montré que les clivages au sein de l’opposition, favorise la victoire du PDG. C’est d’ailleurs l’avis du président d’une aile de l’UPG, Bruno Ben Moubamba, dans un entretien accordé à nos confrères d’Info 241, déclare que « les divisions de l’opposition gabonaise sont un drame ». Avant d’ajouter que « le pouvoir gabonais depuis Omar Bongo a toujours excellé dans l’alimentation des divisions dans l’opposition ». La famille Bongo, conclut-il, « ne règne au Gabon que par la division de l’opposition ».

Une position rejetée par le porte-parole du gouvernement, Alain Claude Billié By-Nzé, invité de l’émission « Le Club de la presse », sur les antennes d’Africa n°1, qui parle pour sa part de « la langue de bois de l’opposition ».Ces querelles affichées au sein du Front… amenuisent ses chances d’emporter la bataille. Surtout dans un système d’élection à un seul tour . Cependant, avec l’activisme de Ping qui bénéficie d’un nombre croissant de soutiens, les cartes ne semblent pas encore totalement distribuées


Charles Nestor NKANY

Vos commentaires

  • Le 22 mars à 11:50, par bouassa mapangou En réponse à : Présidentielle 2016 : Tempête dans les états-majors !

    En tenant notre rentrée politique le samedi 19 Mars 2016 le M.E.S.P a prouvé à l’opinion nationale et internationale qu’il se porte très bien, malgré le manque des moyens financiers, mais le peuple reconait sa valeur et surtout l’abnégation de on leader qui est un homme intègre et digne. Il n’a pas pillé le gabon comme beaucoup, des néo opposants qui achetent les militants à coup de millions. L’heure est au rassemblement de notre véritable camp celui des personnes qui snt prêtes à donner leurs vie s pour la libération de la nation

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars à 08:17, par Axelle MBALLIDE En réponse à : Présidentielle 2016 : Tempête dans les états-majors !

    Je suis persuadé qu’ils sauront cette fois dépasser leur égo. Même si les hommes comme les MAGANGA MOUSSAVOU, les MOUSSAVOU-KING et tous les autres petits candidats du dimanche (à coup de millions retirés au Palais de nuit) se mettent à rêver d’un fauteuil plus grand que leur vision nationale en miniature.
    Il suffit que Héritage et Modernité joue sa carte à fond aux côtés d’autres leaders qui ont déjà mis en avant OKOKA.
    la seule énigme est celle des mercenaires traditionnels des victoires volées (CENAP+COUR CONSTITUTIONNELLE+ ASSEMBLEE NATIONALE+Garde Présidentielle).
    Mais cette société privée, aile de SGS ira-t-elle- encore jusqu’à tuer les gabonais ? Des nombreux scénarii sont en cours.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs