Présidentielle 2016 : Lorsque les joutes politiques virent à l’intox !

mardi 19 avril 2016 Politique


Le malaise avec les réseaux sociaux c’est le caractère « débile » des débats qui ressemblent fort bien à des discussions de chambre entre un couple de névrosés. Des tas de conneries, postées au quotidien, alimentant ces échanges ! Ces forums d’échanges et tribunes de discussion entre internautes partageant ou non le même idéal de vie, se métamorphosent désormais en exutoire des frustrations accumulées. Pire, le laboratoire de l’intox, quitte à heurter au passage l‘éthique. Bref, les réseaux sociaux sont pollués par des grossiers mensonges émanant des deux camps, (pouvoir et opposition), en lice et cause du tort à de paisibles citoyens.

Tels des maîtres-chanteurs vautrés dans un anonymat confortable les mettant à l’abri de toutes poursuites judiciaires, devant leurs claviers, ils inondent la toile de tout ce que leur imagination fertile peut secréter de plus délirant. Si ce ne sont pas de paisibles citoyens qui sont trainés dans la fange de leur fantaisie morbide, ce sont les institutions qui passent au crible. Récemment encore, une fausse note d’information attribuée à Manuel Valls, le Chef du Gouvernement français, invitant les Français du Gabon à se rapprocher de leur ambassade en vue de leur rapatriement, circulait sur les réseaux sociaux.

Une telle démarche visant à semer confusion et psychose à quatre mois de la présidentielle, est la preuve que ces snipers de la toile sont prêts à tout pour arriver à leurs fins. Un coup d’œil averti suffisait pour comprendre qu’il s’agissait là d’un savant montage cela grâce à la magie du scanner. Même durant les années de braise qu’aura connues le Gabon, Paris n’a jamais envisagé le rapatriement de ses ressortissants. Pourquoi le ferait-elle aujourd’hui ? Essaye-t-on de nous prédire l’apocalypse pré ou postélectoral ?

Au Congo à côté où le canon a commencé à tonner avec mort d’hommes à l’appui, les Français n’ont pas été invités à quitter le pays ni au Cameroun et ou au Nigeria où le péril djihadiste fait rage. La France n’a jamais battu le rappel des troupes. On aura compris que cela procède simplement d’un montage insidieux et irresponsable de la part des va-t-en-guerre qui veulent voire le Gabon s’embraser.

En semant la psychose, c’est le Gabon qui risque d’y laisser les plumes. Mesure-t-on, seulement les conséquences d’une telle attitude irresponsable auprès d’opérateurs économiques potentiels ? N’est-ce pas suffisant pour faire fuir les investisseurs intéressés par la destination Gabon ? Les joutes politiques doivent s’émanciper de petits intérêts individuels et ne viser que le bien commun et la noble cause nationale. Car, en faisant usage de l’intox en politique pour arriver à ses fins, celle-ci peut s’avérer être une arme fatale.


Ernesto Tchombal

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs