Présidentielle 2016 : Le Morena Unioniste va en guerre contre les semeurs de trouble

vendredi 13 mai 2016 Politique


Jeudi 12 mai 2016 à l’hôtel Méridien Ré Ndama de Libreville, le secrétaire général du Morena Unioniste, ( parti de l’opposition), Eric Moro Nguema et son président Victor Alain Eya Mvey se sont insurgé contre les politiques alimentant le climat de peur et de tension à l’approche de la présidentielle. Ces derniers ont par ailleurs appelé les néo-opposants et le pouvoir en place à la responsabilité.

Face aux journalistes à l’hôtel Méridien Ré Ndama de Libreville, hier jeudi 12 mai 2016, le Secrétaire Général et le Président du Mouvement de redressement National Unioniste (Morena Unioniste), Eric Moro Nguema et Victor Alain EyaMvey ont devisé sur le climat socio-politique du moment. Occasion pour eux d’appeler les acteurs politiques de tous bords (pouvoir et ceux de la nouvelle opposition qui alimentent le climat de peur et de tension) à la responsabilité.

Fidèles à leur principe de "construction", en lieu et place de l’"obstruction", les responsables du Morena ont tenu à rappeler aux uns et autres qu’à quelques mois de la présidentielle, il n’est nullement question d’entretenir la peur et la tension au sein de l’opinion nationale. Le Morena Unioniste fustige donc cette attitude consistant à semer la psychose et inciter les Gabonais à se ruer vers les villages ou s’exiler.

Pour Eric Moro Nguema, en politique le renouvellement des générations s’impose. C’est pourquoi, il est très remonté contre l’actuelle classe politique. "Les nouveaux opposants ont été élus au moins deux, trois ou même quatre fois au poste de député dans des circonscriptions douteuses et dans des élections douteuses pour le compte du PDG. Les gens qui se proclament opposants aujourd’hui, doivent d’abord avec Ali Bongo Ondimba, faire le bilan des 7 ans de pouvoir du Parti Démocratique Gabonais", a précisé Eric Moro Nguema .

Interrogé sur la question de la candidature d’Ali Bongo Ondimba à la présidentielle d’août prochain, Eric Moro soutient "... il y a comme un sentiment de peur, une sorte de frilosité qui se dégage chez le président sortant Ali Bongo Ondimba qui a déclaré sa candidature 8 mois avant la date du vote. Ce qui est une première".

Pour ce qui est du bilan du mandat du candidat du Parti Démocratique Gabonais (PDG), le secrétaire général du Morena, ancien candidat à la présidentielle de 2009, l’a qualifié de négatif. Quant à l’investiture d’un candidat unioniste à la présidentielle d’août 2016, Eric Moro Nguema entretient encore le flou sur la question.


PIN

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs