Présidentielle 2016 : Le départ de René Aboghe Ella peut-il changer les choses ?

mardi 19 juillet 2016 Politique


Réunis au carrefour de l’ancienne Sobraga à Libreville, six candidats de l’opposition à la présidentielle du 27 août prochain ont exigé, dimanche dernier la démission du Président de la Commission électorale nationale autonome et permanente (CENAP), René Aboghe Ella, ainsi que le retrait sans condition de la candidature de l’actuel Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba. Et pour cause, l’opposition conteste la candidature de l’actuel chef de l’exécutif en raison de son état civil qu’elle ne juge pas authentique. Dans le même registre, elle accuse aussi le Président de l’institution en charge des élections de partialité.

René Aboghe Ella est-il réellement le problème ? Sa démission telle que l’exige l’opposition pourra-t-elle changer le cours des événements ? Voilà deux questions majeures qui méritent d’être posées, au lendemain de la déclaration des six candidats de l’opposition, réunis au carrefour ancienne Sobraga de Libreville, dimanche 17 juillet 2016. Guy Nzouba Ndama, Jean Ping, Raymond Ndong Sima, Léon Paul Ngoulakia, Bruno Ben Moubamba, Casimir Oye Mba, ont exigé le week-end écoulé la démission du Président de la commission électorale autonome et permanente (CENAP) pour manquement à son devoir de neutralité, et le retrait sans condition de la candidature d’Ali Bongo Ondimba à l’élection présidentielle d’août prochain.

L’opposition dans son ensemble accuse l’actuel Président de la République d’avoir présenté des faux actes de naissance en 2009 et 2016 pour ses dossiers de candidature.
Pire, les six candidats soutiennent que René Aboghe Ella a bafoué son droit d’impartialité en votant pour la candidature pourtant contestée du candidat PDG, et l’appellent de ce fait à rendre son tablier.

Si on peut leur reconnaître la légitimité d’une telle demande, on se demande cependant si cette démission du Président de la CENAP, si jamais elle a lieu, aura une incidence sur le cours des événements. Le nouveau Président, si nouveau président il y a, pourra-t-il réellement obtenir l’invalidation de la candidature d’Ali Bongo, et infléchir ainsi le calendrier électoral ?

Même si la réponse à cette question se trouve dans la réaction du Pr Albert Ondo Ossa, qui a dit clairement qu’ « il n’est plus question de continuer à respecter les lois du pays qui sont elles-mêmes déjà violées depuis  », on ne peut s’empêcher de supposer qu’une telle action est déjà vouée de l’infortune. L’opposition, qui montre là son incapacité à opposer une candidature unique au candidat du PDG, afin de le mettre définitivement chaos sait que cette bataille est déjà perdue d’avance. Et ce, même si les caciques clament que « toutes les options sont sur la table », y compris même l’option de l’affrontement.

Ces tentatives désespérées d’une opposition presque persifleuse et qui peine à se concentrer sur l’essentiel, c’est-à-dire opposer une seule candidature au locataire du bord de mer et inspirer une véritable alternance tant chantée, ressemble à une sorte de chantage inutile d’un adversaire au bord de l’asphyxie politique.
Un peu comme un adversaire qui redoute son challenger. Plutôt que de continuer à mener des batailles inutiles, qui se heurtent toutes au blocus et à la rigidité des institutions presqu’inopérantes, l’opposition gagnerait à conjuguer le commun. Tout le reste n’est qu’une suite d’enchères et d’hystérie démagogiques.


Charles Nestor NANY

Vos commentaires

  • Le 20 juillet à 00:06, par MURU TAB En réponse à : Présidentielle 2016 : Le départ de René Aboghe Ella peut-il changer les choses ?

    Que Rene A.Ella parte ou reste ne changera à rien le malheur du peuple du Gabon/Rien n’effacera de sa conscience le cri du sang des martyrs patriotes versé depuis 2009 et les victimes avenirs/ses proches subiront la colère de DIEU TOUT PUISSANT pendant des generations ni les milliards de sang à la JUDAH amassés au prix du sang des martyrs ne feront rien à la malediction sur lui et sa famille.

    Répondre à ce message

  • Le 19 juillet à 02:44, par Le nouveau Biafra ? En réponse à : Présidentielle 2016 : Le départ de René Aboghe Ella peut-il changer les choses ?

    Mr Nany,
    Pouvez-vous nous dire combien des candidats retenus sont de l’opposition et combien sont de la mouvance présidentielle ? En un mot, cela n’aura qu’un effet minime. Regarder la carte électorale vous comprendrez que Il y’a des localités vides du Gabon qui se retrouvent avec un nombre faramineux d’électeurs. De plus dans la capitale il y’a eux un nombre de naturalisation vertigineuse depuis 7 ans. Les gabonais savent qu’ils ne peuvent pas aller aux elections organisées par un faussaire. Ils savent aussi que celui ci a depuis 2009 assassine par empoisonnement tous les leaders qui pouvaient lui faire barrage en 2016. Les opposants actuel savent que si il ne réagissent pas ils serons a leur tour empoisonne ou cambriole a tout instant voire agresse dans la rue par des inconnus masqués.
    Si vous débarquez du Biafra, que vos oreilles entendent que nous ne voulons pas de Ibubu

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs