Présidentielle 2016 : La Justice, préoccupation majeure des candidats

jeudi 18 août 2016 Société & environnement


Disposer d’une « justice indépendante et impartiale », voilà le vœu de bon nombre des gabonais. Cette préoccupation est aussi celle de nombreux candidats à la présidentielle en cours. Lesquels candidats ne manquent pas de le mentionner dans leur projet de société.

Elle est garante de l’Etat de droit, de la démocratie et de tous ces corolaires. C’est elle qui bâti le respect des Institutions et octroie à chaque citoyen des droits et devoirs. Malheureusement, ce portrait de la justice semble être en déphasage avec la réalité gabonaise. On en veut pour preuve, les dérapages observés dans le monde de la justice. Des arrestations arbitraires aux condamnations, trop des cas entachent l’image d’une justice gabonaise. Son dessein, tout comme l’objet de son existence est clairement établi par son incapacité à rendre justice. En effet, pour certains compatriotes, cette justice est au service d’une frange de la population qui jouit des pouvoirs consentis par leur fonction.

Cette élection présidentielle est pour bon nombre de candidat en majorité ceux de l’opposition un excellent moyen de corriger les erreurs de cette institution. Déjà, avant le lancement de la campagne présidentielle beaucoup appelé à « l’indépendance de la justice ». Avec la présentation des projets de sociétés leur volonté se fond dans les lignes de ces documents pour une justice neutre. Casimir Oyé Mba, Jean Ping, Dieudonné Minlama Mintogo, Guy Nzouba Ndama et les autres, comme d’un commun accord veulent tous d’une « justice indépendante et impartiale au service des citoyens et des entreprises ».

Cet appel, soutien Dieudonné Minlama Mintogo, parce qu’ « il existe une grande crise de confiance entre notre système judiciaire et le citoyen » et ce dernier d’ajouter « la corruption a gangrené notre système judiciaire et la très forte implication des autorités politiques dans la gestion de la magistrature a considérablement affaiblie nos tribunaux et ternir leur image ». C’est à cause de ce sombre portrait que Jean Ping veut rendre aux gabonais la démocratie qu’ils méritent « en rendant la justice indépendante. Ce ne sera plus comme maintenant soutient-il, où les juges attendent les ordres du président ». Pour y parvenir, le candidat de l’interposition, estime tout de même qu’il faut commencer par « lutter sans merci contre la corruption ».


3M

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs