Présidentielle 2016 : L’échec d’un dialogue préélectoral

mardi 6 septembre 2016 Politique


Certains journaux, certaines voix se sont levées pour attirer l’attention des acteurs sur le risque majeur qu’il y avait à aller à l’élection présidentielle sans dialogue préalable, surtout dans un contexte préélectoral marqué par des tensions extrêmes entre opposition et majorité. Des appels qui sont tombés dans les oreilles de sourds du camp au pouvoir, qui soutenait urbi et orbi qu’il n’y avait pas de crise notoire nécessitant la tenue impérative des discussions entre les protagonistes. Non sans affirmer que si dialogue politique il y avait, il ne se déroulerait qu’après le scrutin.

Des morts, l’Assemblée nationale et autres édifices incendiés, véhicules brûlés, magasins éventrés et pillés, rues barricadées, affrontements entre manifestants et forces de l’ordre, tirs etc…

Si le Gabon est connu pour sa longue tradition des lendemains électoraux chaotiques, la présidentielle de 2016 aura été, semble-t-il, la plus dangereuse et la plus meurtrière aussi, surtout en terme de bilan humain, qui avoisine la dizaine, selon les chiffres avancés par le camp de Jean Ping. Jamais une élection présidentielle, pas même celle de 1993 qui inaugurait l’avènement du multipartisme n’a été aussi contestée. Car si les violences post-électorales étaient jusque-là circonscrites aux seules villes de Port-Gentil et Libreville, cette fois c’est presque toutes les grandes villes du pays qui se sont enflammées. La présidentielle de cette année, loin d’être une élection ordinaire n’aura été qu’un ras-le-bol généralisé, un référendum contre l’actuel système.

Et avec un septennat marqué par des démissions sans précédents, et non des moindres au sein du Parti Démocratique Gabonais au pouvoir, la polémique sur l’Etat-civil du Chef de l’exécutif, qui a empoisonné le climat politique, et les grèves généralisées, pour bon nombre de Gabonais, le septennat d’Ali Bongo Ondimba aura même été ‘’plus désastreux que les 42 années du père’’, disent-ils.

Le refus d’un dialogue préélectoral

Il n’est pas exagéré de dire que le grabuge post-électoral qui agite le pays aujourd’hui n’est autre que la conséquence d’un refus du dialogue politique préélectoral, qui aurait pu baliser le chemin des lendemains électoraux apaisés. En effet, tout le monde ou presque était persuadé qu’aller à l’élection dans un tel climat de tensions extrêmes faisait courir au pays un risque de dérapage majeur. Car la crise qui secoue le pays depuis 2009 portait, en elle-même, les germes des violences post-électorales inouïes.

Prenant la mesure du danger, le Représentant de Ban Ki-Moon pour l’Afrique centrale, Abdoulaye Bathily a noué des contacts avec les représentants de l’opposition et de la majorité pour la tenue d’un dialogue national. Appel relayé par l’opposition, qui a même proposé la refonte préalable de certaines dispositions du Conseil National de la Démocratie (CND), au cas où ce dialogue devait avoir lieu. Mieux l’opposition a proposé un « dialogue national inclusif sans tabous », l’objectif était de mettre sur la table toutes les questions relatives à l’élection, notamment le scrutin à deux tours, la limitation des mandats présidentiels, l’Etat-civil tant polémiqué d’Ali Bongo Ondimba.

Et pour couronner le tout, le Médiateur de la République, Laure Olga Gondjout est sortie de sa réserve en mai dernier, pour renouveler cet appel. Des appels qui ont essuyé une fin de non-recevoir de la majorité présidentielle, qui a vu dans les termes « dialogue inclusif sans tabous » une manie de l’opposition cherchant à saboter les institutions démocratiquement élues par un partage de gâteau.

Pour Ali Bongo Ondimba, si dialogue national devait avoir lieu, celui-ci ne se tiendrait qu’une fois après l’élection. Visiblement du côté du pouvoir on a certainement minimisé le danger trop grand que représentait cette élection pour le pays, sans discussion préalable. Et l’autisme politique, l’aveuglement et le mépris de la réalité sociale auront donc suffi pour transformer le pays en « poudrière centrafricaine ».


Charles Nestor NKANY

Vos commentaires

  • Le 8 septembre à 09:38, par serges dry En réponse à : Présidentielle 2016 : L’échec d’un dialogue préélectoral

    j ai entendu parlé que y a de mort coté armée c est juste la preuve si un jour la population se levera encore par erreur de la cours consti et ONU ou OUA sachant tres bien la realité de urnes ...

    Répondre à ce message

  • Le 7 septembre à 12:56, par lazarus paterus En réponse à : Présidentielle 2016 : L’échec d’un dialogue préélectoral

    COMMUNIQUE TRES IMPORTANT}
    TOUS CEUX, DE PRET OU DE LOIN PARTICIPENT AUX ASSASSINATS ET AUX CRIMES DEPUIS L ANNONCE DES RESULTATS TRICHES SERONT SEVEREMENT PUNIS AUX LOIS ET ACTS EN VIGUEUR.
    ET SERONT LAPIDES ET BRULES PUBLIQUEMENT COMME LE CAMEROUNAIS DU PK6

    Répondre à ce message

  • Le 7 septembre à 12:46, par lazarus paterus En réponse à : Présidentielle 2016 : L’échec d’un dialogue préélectoral

    IL FAUT COMPRENDRE QUE LES EPOQUES ET LES SITUATIONS NE SE RESSEMBLENT PAS .
    TOUTES LES ELECTIONS PRESIDENTIELLES GABONAISES DEPUIS 90 SE SONT SOLDEES PAR L ECHEC ET LE COUP D ETAT ELECTORAL DU PDG :
    - 1993 LE GAGNANT FUT PAUL MBA ABESSOLO
    - 1998 LE GAGNANT --- PIERRE MAMBOUDOU
    - 2005 LE GAGNANT 2E FOIS PIERRE MAMBOUDOU
    - 2009 ANDRE MBA OBAME
    - 2016 JEAN PING

    ET CETTE FOIS CI CONTRAIREMENT AUX AUTRES ELECTIONS LE MONDE ENTIER CONDANNE ET CONFIRME LE VOL ET AVEC LES NOUVELES TECNOLOGIES TOUT LE MONDE A PU APERCEVOIR LA TRICHE,
    ALI FUT POMPEUR A L ECOLE, EX, SON DOCTORAT

    ALORS S IL VOUS PLAIT SOUVENEZ VOUS DE LA PUB DU GENOCIDE AU RWANDA
    FAITES COMME MOI DONNONS POUR LE RWANDA LA NOURRITURE, LES HABITS , LES CHAUSSURES...........

    FAITES COMME MOI DONNONS POUR PING L AMOUR , LES VRAIS RESULTATS , LA PAIX , LE POUVOIR QU IL A GAGNE.......

    Répondre à ce message

  • Le 7 septembre à 09:29, par Luther En réponse à : Présidentielle 2016 : L’échec d’un dialogue préélectoral

    "Si le Gabon est connu pour sa longue tradition des lendemains électoraux chaotiques, la présidentielle de 2016 aura été, semble-t-il, la plus dangereuse et la plus meurtrière aussi, surtout en terme de bilan humain, qui avoisine la dizaine, selon les chiffres avancés par le camp de Jean Ping"
    Vous êtes un vrai journal ou un blog personnel ? Comment pouvez-vous affirmer dans choses sans nous fournir des preuves ? Vous publiez des des "on a dis" pour manipuler l’opinion national et international, et des journaux télévisés du monde vous prennent comme référence pour exagérer les bilan : plus d’une dizaine de morts, j’ai entendu ! Que cherchez-vous au juste ? Le chaos ?
    C’est pas bien ce que vous faites, faites votre boulot et rapportez rien que les faits avec des preuves, s’il vous plait !

    Répondre à ce message

  • Le 6 septembre à 18:10, par Junior En réponse à : Présidentielle 2016 : L’échec d’un dialogue préélectoral

    la présidentielle de 2016 aura été, semble-t-il, la plus dangereuse et la plus meurtrière aussi, surtout en terme de bilan humain, qui avoisine la dizaine, selon les chiffres avancés par le camp de Jean Ping.

    Répondre à ce message

  • Le 6 septembre à 14:56, par Eyang En réponse à : Présidentielle 2016 : L’échec d’un dialogue préélectoral

    le Gabon est connu pour sa longue tradition des lendemains électoraux chaotiques, la présidentielle de 2016 aura été, semble-t-il, la plus dangereuse et la plus meurtrière aussi, surtout en terme de bilan humain, qui avoisine la dizaine, selon les chiffres avancés par le camp de Jean Ping.

    Répondre à ce message

  • Le 6 septembre à 14:30, par Alda En réponse à : Présidentielle 2016 : L’échec d’un dialogue préélectoral

    Jamais une élection présidentielle, pas même celle de 1993 qui inaugurait l’avènement du multipartisme n’a été aussi contestée.

    Répondre à ce message

  • Le 6 septembre à 13:46, par Florence En réponse à : Présidentielle 2016 : L’échec d’un dialogue préélectoral

    Des morts, l’Assemblée nationale et autres édifices incendiés, véhicules brûlés, magasins éventrés et pillés, rues barricadées, affrontements entre manifestants et forces de l’ordre, tirs etc…

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs