Présidentielle 2016 : Guy Nzouba Ndama candidat d’« Héritage et Modernité »

lundi 2 mai 2016 Politique


La décision a été prise hier, dimanche 1er mai 2016, lors du congrès constitutif de l’aile dissidente du Parti démocratique gabonais ,« Héritage et Modernité », (PDG H&M), à la résidence d’Ossengué, dans le quatrième arrondissement de la commune de Libreville. Durant les travaux auxquels ont pris part plusieurs délégations de l’intérieur du pays et certains leaders de l’opposition gabonaise. Lesquels travaux ont débouché sur la désignation de Guy Nzouba Ndama comme porte-étendard de « Héritage et Modernité », à la présidentielle à venir et l’adoption des statuts et règlements du parti.

Sans surprise, c’est finalement l’ancien président de l’Assemblée nationale gabonaise, Guy Nzouba Ndama, qui a été choisi comme candidat du mouvement « PDG Héritage & Modernité » à l’élection présidentielle de cette année. Il faut dire que la nouvelle circulait déjà sous forme de rumeur, car l’élu de la Lolo-Wagna était depuis quelques temps soupçonné d’être l’instigateur du mouvement des députés frondeurs qui ont décidé d’en découdre avec Ali Bongo Ondimba pour réclamer plus de démocratie au sein du parti au pouvoir.

A l’ouverture de ces travaux qui ont duré toute la journée, Pascal Oyougou, en sa qualité de maître de cérémonie qui a tenu d’abord à adresser une prière à Dieu, lui, le « Dieu qui établit et destitue les rois », afin qu’il vienne au secours du Gabon. Prenant la parole à son tour, le président du congrès, Michel Mboumi a d’abord salué le caractère exceptionnel de l’événement et remercié les différentes délégations de l’intérieur du pays ayant effectué le déplacement de Libreville pour prendre part à ce congrès. Non sans faire un bref rappel de l’histoire politique de notre pays, notamment les grandes périodes qui l’ont façonné.

D’abord 1968 avec le souci de l’unité nationale des pères fondateurs de la nation. Ce qui les avait d’ailleurs conduit à la création du PDG. Ensuite, 1990 avec le bouillonnement démocratique qui a conduit à l’organisation de la conférence nationale. Laquelle conférence nationale a débouché sur l’instauration du multipartisme au Gabon. Est venu enfin l’année 2009, avec le décès d’Omar Bongo. Un décès qui eut la dimension d’un cataclysme, car les Gabonais dans l’ivresse collective de la paix avaient du mal à cerner l’étendue de ce malheur et ses conséquences. «  Il est donc intéressant de reconnaiitre que ce virage de 2009 a été mal négocié. Ce qui explique les errements que nous observons aujourd’hui », a affirmé Michel Mboumi.

Allocutions des partis alliés et amis

C’est Davin Akouré qui a ouvert cette série d’allégeances, en sa qualité de président de l’Alliance pour le nouveau Gabon (ANG). Est venu ensuite le tour de Frédéric Massavala Mboumba, président du groupe Massavala, René Ndemezo’o Obiang au nom de Démocratie nouvelle (DN), Jacques Adiahenot, Louis Gaston Mayila etc… pour ne citer que ceux-là. Tous ou presque ont dressé un bilan « calamiteux » du septennat d’Ali Bongo Ondimba.

Quid des travaux en commissions ?

Après une suspension qui a permis le travail en commissions, la séance agrémentée par des groupes socio-culturels tels que Soleil ; Ikokou ; Abe nini et autres, la séance a repris avec la lecture des motions de soutien. Que ce soit Masso Mougnekou, Viviane Moutsinga ou François Banga Eboumi, respectivement représentants des jeunes, des femmes et des sages, le message était le même : soutenir la candidature du candidat du PDG H&M à l’élection présidentielle de cette année. C’est finalement Guy Nzouba Ndama qui a été désigné candidat du parti par Michel Menga, qui lui a remis symboliquement la carte du Gabon, avant de l’inviter à être le candidat des neuf provinces du pays.

Prenant la parole à son tour, l’intéressé a dit toute sa joie et son honneur aux tenanciers du PDG H&M de l’avoir choisi comme le porte-étendard de leur mouvement au scrutin présidentiel d’août prochain. Non sans se laisser aller à son réquisitoire habituel contre le locataire du palais du bord de mer pour son bilan jugé « calamiteux ».


Charles Nestor NKANY

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs