Présidentielle 2016 : Guerre de chefs ou guerre de clans ?

mercredi 21 septembre 2016 Politique


De nombreuses personnes ne cessent de se demander jusqu’où peuvent aller Ali Bongo Ondimba et Jean Ping dans leur lutte pour le pouvoir, même s’il faut reconnaître que dans le cas d’espèce tout comme d’ailleurs dans toute élection présidentielle, il y aura forcément un vainqueur, le souhait étant qu’il soit celui issu des urnes comme voulu par le Peuple gabonais et la communauté internationale, et un vaincu. Plus on écoute les Gabonais se prononcer sur la lutte que se livrent les deux « enfants d’Omar Bongo Ondimba », plus l’on se rend compte qu’ils insistent presque tous sur les liens qui les unissent qui, puisqu’ils semblent aujourd’hui distendus, pèsent de tout leur poids sur l’équilibre de la nation.

Et cet équilibre, qui n’en n’a pas besoin ? Cela dit, qui aurait à se réjouir que nos deux hommes politiques durcissent chacun sa position au point d’amener le pays sur une voie incontrôlable comme cela s’est déjà vu sous d’autres cieux, encore que là-bas le plus souvent, la démographie et les coutumes se prêtent à des jeux de violence ? De jour en jour davantage, l’on constate que le débat entre les deux personnalités semble quitter le simple cadre de la politique qui exige des acteurs respect de la différence et tolérance pour épouser celui de la confrontation qui suscite la mobilisation de nombreux partisans, prêts à mettre le feu aux poudres sans en mesurer les conséquences.

C’est à ce moment que certains hommes avertis et témoins de l’évolution de la vie politique au Gabon depuis l’instauration de la démocratie en 1990, interpellent les consciences aux fins d’amener ceux qui aspirent à gérer le pays les sept prochaines années à de meilleurs sentiments, histoire de les convaincre qu’ils entrainent avec eux dans leur sillage de nombreuses âmes en souffrance qui méritent que l’on s’apitoie sur leur sort et vole à leur secours avant que de penser les instrumentaliser dans une guerre de leadership. C’est ici que l’on soulève la question des Droits de l’Homme, fondamentale à toute société qui se veut démocratique, eu égard au fait qu’il n’ait de richesse que d’homme. C’est dire qu’une histoire de rentes mal réparties, d’amour mal vécu, de rupture abusive ou encore de malentendus comme en souffre de plus en plus la société, sont insuffisants pour que tout un pays soit conduit dans la violence.
Que faire devant un tel constat ? Eh bien, simplement choisir, soit de privilégier la voie des urnes qui est du reste celle du Peuple et rien qu’elle, soit renoncer à son ego et donc se soumettre à la loi peut-être ingrate du dialogue dans le but de mettre un terme aux atermoiements qui peuvent se solder par des désagrégements susceptibles de créer le déséquilibre de la société que l’on redoute tant.

« Le linge sale se lave en famille » pour reprendre un proverbe bien de chez nous, si tel est le cas, pourquoi ne pas s’en accommoder pour éviter aux populations le triste spectacle vécu après l’annonce des résultats provisoires de la présidentielle du 27 août dernier, s’étant traduit par des destructions de biens certes, mais surtout et c’est ce qu’il y a surtout à déplorer, par des morts d’hommes. Au-delà des hommes se trouve la République, j’allais dire la nation avec ce qu’elle a d’essentiel, la communauté de destin. Comment s’attacher à la défense de ses intérêts personnels si tel est le cas, sachant que de notre attitude peut découler un drame pourtant envisageable ? Alors, il serait plus qu’impérieux qu’Ali Bongo Ondimba et Jean Ping dont les ramifications sont presque connues de tous, s’entendent en échangeant sur ce qui les divisent aujourd’hui afin d’éviter au Peuple qui a voté et c’est son droit le plus absolu, l’hécatombe dans laquelle il serait le plus grand perdant, ce d’autant plus que, comme l’affirmait en son temps Maître Louis Gaston Mayila, eux, « les Gabonais d’en-haut ont les moyens d’échapper à une catastrophe, ce qui n’est pas le cas du citoyen lambda ». Qui n’attend que l’expression de la justice à son endroit favorable à son épanouissement et par ricochet au développement du pays.


Douguenzolou

Vos commentaires

  • Le 22 septembre à 14:53, par YDDE En réponse à : Présidentielle 2016 : Guerre de chefs ou guerre de clans ?

    Respecter simplement la vérité !!!

    La volonté du peuple n’est pas à négocier sur l’autel d’ententes entre familles ("laver le linge sale en famille" au point d’oblitérer la vérité sur un problème lié à la NATION ?). C’est fou ça !!! Ce sont ce genre d’accords "de famille" qui ne rendent pas durable l’Etat de droit !!! Le citoyen africain en général et gabonais en particulier doit définitivement comprendre qu’après Dieu, l’amour de la NATION est au-dessus de celui qu’il alloue à sa famille !!! car les peuples d’une même nation ne font qu’un pour améliorer leurs conditions de vie....

    Bon sang !!! Pourquoi les Présidents Sortants en Afrique s’accrochent tant au pouvoir, PARDI !!! Etre politicien n’est pas un métier (on reste médecin à vie, ingénieur à vie, etc. OUI !!!). Ils n’ont toujours pas compris que le pouvoir vient de Dieu parce que Dieu le donne au peuple puis le peuple mandate un de leur fils ? Etre Président est un poste pour "HONORER" son peuple pour se SACRIFIER pour lui, c’est même un poste qui devrait être ingrat, sans possibilité de s’enrichir..(ça me rappelle que le salaire du Président Français est de 17 millions par mois. Quel Président africain accepterait ça ?) Non mais !! Si s’accrocher au pouvoir vise la volonté d’être le plus riche... autant aller faire des affaires, c’est tout !!!

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 16:17, par Djoud En réponse à : Présidentielle 2016 : Guerre de chefs ou guerre de clans ?

    Bjr à tous. c’est dommage que le pouvoir refuse de respecter le peuple pour qui il est au pouvoir en ce moment. Le débat n’est pas rien d’autre que de donner la victoire au vainqueur de la compétition. Ping est le Président élu et qu’on lui reconnaisse sa victoire et ainsi, le pays retrouvera sa paix habituelle. vox Populi, vox dei. Merci.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 14:23, par ange davy En réponse à : Présidentielle 2016 : Guerre de chefs ou guerre de clans ?

    NI, ALI,PING ne peut prétendre avoir les mots pour dire au GABONAIS de ne rien faire si ce n’est accepter que la famille BONGO doit quitte le pouvoir le peuple en a mare de vivre sous le règne BONGO LE PEUPLE ne veut plus et nous sommes prêt à mourir bc sont tombé pour reculer en arrière c’est dur ce que dis mais c’est la pur vérité

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 12:12, par Ceds33 En réponse à : Présidentielle 2016 : Guerre de chefs ou guerre de clans ?

    Très honnêtement, je demande à chacun d’être honnête. Arrêtons ces discours politiques qui n’ont pour but que nous embrouiller et dissimuler la fraude. Le peuple gabonais est allé aux urnes le 27 Août dernier. Nous savons tous qui est sorti vainqueur de cette élection. Nous savons tous que Ping a remporté l’élection. Qu’Ali reconnaisse sa défaite et quitte le pouvoir. C’est trop facile de s’imposer par coup d’état électoral et appelé le camp d’en face au dialogue. Aujourd’hui, on nous gave de message d’appel à la paix mais on oublie le véritable débat. Le véritable débat est que nous voulons la publication des vrais résultats sortis des urnes. Je suis gabonais. Je veux la paix dans mon pays. Toutefois, en plus de cette paix, je veux la transparence et la démocratie dans mon pays !!!

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 10:54, par SEMA En réponse à : Présidentielle 2016 : Guerre de chefs ou guerre de clans ?

    Votre réflexion est douteuse,comme celle de votre Agitateur maison.
    Il n’y a pas de guerre de clans.Il y’a un peuple qui à choisit son dirigeant un homme qui refuse de l’admettre.Maintenant si c’est une guerre de mots,on arrête tout,on apporte les PV devant témoins et on regarde qui dit vrai et qui est dans le déni de démocratie.
    Alors de grâce,arrêtez vous sagesse à la retenue qui ne valent rien d’autre que couvrir la fraude.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 09:34, par Rostand En réponse à : Présidentielle 2016 : Guerre de chefs ou guerre de clans ?

    bjr juste dire que celui-là qui c’est qu’il a perdus accepte ça défaite ce tout que nous voulons au Gabon reconnaître ça défaite je madrece au deux candidats Ali et pig

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 09:23, par Rostand En réponse à : Présidentielle 2016 : Guerre de chefs ou guerre de clans ?

    « Bjr » Ali et pig nous voulons la paix au Gabon nou avons déjà à ce perdus des compatriote silvouplait le Gabon ne conai pas La guerre que dieu bénis nôtre beau pays le Gabon amèn

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs