Présidentielle 2016 : Des soutiens qui font désordre ?

mardi 10 mai 2016 Politique


A quelques mois seulement du scrutin présidentiel, la fièvre électorale semble déjà gagner la mouvance présidentielle, au point qu’un « désordre » organisé s’est créé dans le ballet de soutiens apportés au champion de la majorité présidentielle. A défaut d’un congrès extraordinaire organisé par ladite mouvance, la cavalerie politique organisée par certains partis du bloc n’est pas sans susciter des interrogations sur la cohésion et la cohérence de la majorité républicaine pour l’émergence. Un désordre ?

L’image affichée par la majorité présidentielle à quelques mois seulement de la prochaine élection présidentielle ne manque pas de susciter des débats et interrogations. Si dans le camp du pouvoir, les seuls mots d’ordre raisonnent au goût de l’unité et de la cohésion de la majorité républicaine et sociale pour l’émergence, il reste que cette unité ou cohésion pose quand même un problème. Surtout dans la démarche cavalière adoptée par les partis alliés ces derniers temps.

Des partis qui, à défaut d’organiser un congrès extraordinaire de la majorité pour donner leur position commune, ont choisi la valse individuelle des soutiens à Ali Bongo Ondimba, en sa qualité de président du Parti démocratique gabonais, et donc de la majorité présidentielle aussi.

Pour preuve, le week-end écoulé, entre samedi et dimanche deux congrès différents, organisés respectivement par le centre des libéraux réformateurs (CLR), et l’Alliance républicaine et démocratique (ADERE tendance Florentin Moussavou), tous deux partis de la Majorité républicaine et sociale pour l’émergence. Des congrès au terme desquels un seul mot d’ordre, comme on s’y attendait a été retenu : soutenir la candidature d’Ali Bongo Ondimba. Sans surprise ! Vu que la présence de ce dernier sur les lieux augurait déjà des conclusions des assises. Il reste donc aux autres partis de la galaxie présidentielle de parachever ainsi l’œuvre de l’allégeance politique déjà entamée.

Une majorité aux poids-plumes ?

Au-delà de son caractère provocateur, c’est une question qui mérite d’être posée, au regard des partis qui composent cette majorité présidentielle. Exceptés la « locomotive » PDG et le CLR DE Jean Boniface Asselé qui disposent d’élus au Parlement et dans les communes, avec des instances plus ou moins bien structurées, les autres semblent être relégués au rang de nains politiques qui végètent ici et là dans le microcosme gabonais, à la recherche d’un mercantilisme de subsistance. Normal pour ces petits partis familiaux ou sectaires, qui à défaut de présenter des candidats optent pour une braderie de voix au plus offrant, surtout en pareille circonstance. Ce qui pourrait renvoyer à l’idée d’une majorité factice.

Car même si le nombre de ces agrégats qui la composent est important, la question du poids ou encore de la représentativité de chaque parti peut laisser supposer une majorité qui n’en est pas une ? C’est d’ailleurs le cas de la dernière présidentielle de mars dernier au Bénin où le premier Ministre, Lionel Zinsou, malgré un nombre pléthorique de partis qui l’ont soutenu n’est pas parvenu à creuser l’écart au premier tour contre son rival, Patrice Talon. C’est un exemple qui illustre bien la question du poids réel des partis ou groupement des partis soutenant tel ou tel candidat.


Charles Nestor NKANY

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs