Présidentielle 2016 : Ali Akbar Onanga usurpe la place de Faustin Boukoubi

mercredi 13 juillet 2016 Politique


Depuis le dépôt, en grandes pompes, du dossier de candidature d’Ali Bongo Ondimba, le week-end écoulé, les réactions sur la position d’Ali Akbar Onanga en tête d’affiche avec le Chef de l’Etat signant des documents devant les membres de l’organe ne tarissent pas. Faustin Boukoubi, en dépit de son statut de Secrétaire général du PDG a été néanmoinslargué et tenu en laisse, loin derrière les deux « frères » homonymes. Une image qui n’a pas laissé indifférents certains camarades, qui y voient un mépris pour la hiérarchie du parti.

Une éclipse ! Mieux un mépris flagrant pour l’échelle hiérarchique du parti. Même au sein du Parti démocratique gabonais (PDG) au pouvoir, les réactions ne tarissent pas, après l’affichage au premier rang des deux Ali, (Ali Akbar Onanga et Ali Bongo Ondimba), lors du dépôt par le Président de la République de son dossier de candidature, au siège de la CENAP, le samedi 09 juillet dernier. Le tout au détriment et au grand désarroi de Faustin Boukoubi, le Secrétaire général du PDG, tenu à l’écart du scénario comme un malpropre convié par la force des choses à l’événement. Or, Ali Bongo Ondimba est bel et bien le candidat du PDG pour le compte de l’élection présidentielle du 27 août prochain. Et en tant que tel, s’il y avait bien une personnalité digne de s’afficher avec lui lors du dépôt du dossier de candidature, Faustin Boukoubi, Secrétaire Général du PDG est sans aucun doute la personne la mieux indiquée.

Mais au lieu de cela, l’homme à tout faire du palais, comme on le qualifie déjà du coté du palais du bord de mer ne s’est pas donné du mal pour éclipser son supérieur hiérarchique dans le parti, Faustin Boukoubi, qu’il a laissé loin derrière en se posant lui-même au devant de la scène comme la deuxième personnalité du PDG. Pire qu’un manque de respect, c’est un véritable mépris pour l’ordre hiérarchique, notamment envers le natif de Pana qui devra pâtir le supplice d’un tel affront.

Il n’aura plus désormais qu’à jouer les figurants au sein d’un appareil dont il est pourtant la deuxième personnalité. Faustin Boukoubi assiste donc désormais impuissant aux velléités usurpatoires d’Ali Akbar Onanga, qui confond maintenant le Secrétariat général du gouvernement à celui du Parti démocratique gabonais. Et ce, parce que celui qui se trouve être du même village et porte le même prénom que le Chef de l’exécutif, se croit déjà tout permis parce qu’homonyme de son frère Ali, en s’arrogeant les places qui ne sont pas les siennes. Mais au-delà de la simple fanfaronnade exhibitionniste, il s’agit d’un fait révélateur de la situation interne au PDG ces dernières années : le désordre ambiant et le manque de leadership au sein du parti des émergents depuis un certain temps. Et dans un tel désordre régnant, la confusion de genre et le manque de respect pour l’échelle hiérarchique ne manquent pas de faire loi.

Ce qui est évidemment préjudiciable pour une organisation politique de la trempe du PDG. Plutôt que de cautionner des manquements de cet acabit parce que certainement favorables à ceux qui le laissent prospérer, le porte-étendard et patron du PDG devrait prendre la mesure du dérapage et ramener les coupables à l’ordre. Car sa candidature est avant tout celle du parti qui l’a investi, et non pas celle de quelques homonymes fussent-il « frères du village ». Et la démocratie gabonaise doit s’affranchir des oripeaux de la fratrie ethnique ou régionale.


Charles Nestor NKANY

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs