Présidentielle 2016 : « 2016 n’est et ne sera pas 2009 » réitère Jean Ping

dimanche 25 septembre 2016 Politique


« 2016 n’est et ne sera pas 2009 » a rappelé Jean Ping à l’occasion d’une déclaration à la presse ce samedi 24 septembre courant à son domicile sis au quartier Charbonnages. Cette prise de parole intervient au lendemain de la confirmation de la victoire à la dernière présidentielle d’Ali Bongo Ondimba par la Cour constitutionnelle. Une validation de la Cour que Ping qualifie de déni de droit.

Le leader de l’opposition gabonaise Jean Ping a dénoncé, à l’occasion d’une déclaration à la presse, le verdict rendu par la Cour constitutionnelle qu’il a qualifié de déni de droit. « La nation entière consternée, a assisté à un déni de droit, à travers une parodie de procédure qui s’est achevée par une grossière manipulation des chiffres, visant à améliorer la présentation du Ministre de l’Intérieur et à créer une avance factice au profit de son candidat. Hier, la Cour a pris sa décision envers et contre tous, foulant au pied la souveraineté du peuple gabonais, ignorant ostensiblement les pressants appels à la transparence lancés par la communauté internationale et internationale. Mais cette décision ne rassemble pas les gabonais et ne les apaise pas, car le peuple du Gabon ne s’y reconnaît pas. Pas plus que la communauté internationale qui n’y accorde aucun crédit. » a déclaré Jean Ping qui a ensuite ajouté que la « Cour constitutionnelle s’est illustrée comme à son habitude. Hélas ! ».

Jean Ping rappelle à cette occasion que « les élections truquées et l’absence de transparence, constituent le terreau sur lequel éclosent les menaces nouvelles contre le monde libre. Les menaces d’instabilité à tous les niveaux, politique, économique et social. Menace, dans cette instabilité, d’un pays parallèle avec ses cortèges de dangers. Les exemples sont nombreux et récents en Afrique, parce que l’on aura privilégié les hommes forts au détriment des Etats forts et de la souveraineté des peuples. J’en appelle donc à tous les démocrates du Gabon et d’ailleurs ». D’où son invite à la communauté internationale à prendre la mesure de la situation du Gabon. « Avec leur concours et grâce à leur mobilisation, nous allons faire respecter le choix du peuple gabonais » a-t-il ajouté.

Toutefois, Jean Ping envisage bien poursuivre son combat pour la liberté. « Nous ne pouvons laisser certains liquider définitivement cet idéal démocratique pour lequel tant des nôtres ont consenti au sacrifice suprême en perdant leurs vies ! Pour cela je ne reculerai pas… Aux Gabonaises et aux Gabonais, je redis : 2016 n’est pas et ne sera pas 2009 » puis d’inviter le peuple à la vigilance et à la mobilisation afin de relever les défis futurs.


Tony Muru

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs