Pourquoi ne plus tenter le parti unique ?

mercredi 4 novembre 2015 Speciales


Quand nous viennent à l’esprit les paroles fredonnées par l’artiste Julio Iglesias : « le monde est fou, le monde est beau… », s’entremêlent dans notre tête des idées qui vont nous amener penser qu’il avait à notre humble avis raison puisqu’en vérité la planète regorge de tellement de contradictions que l’on en est souvent à se demander que sommes- nous venus faire dans cette galère.

Plus les jours passent, plus le ciel semble s’assombrir, s’il ne nous tombe pas carrément sur la tête, pas souvent par notre propre faute malheureusement. Et, c’est cela le quotidien de beaucoup d’Africains qui se résignent à subir les politiques, ces « fieffés menteurs » propres à créer le rêve dans les esprits même les plus asséchés, machiavéliques qu’ils sont à la seule idée de les imaginer adversaires, voire ennemis de jour et amis de nuit.

Leur jeu, parce que subtil, semble présenter des contours différents, alors qu’en vérité, ils ont tous pour livre de chevet « le Prince » de Nicolas Machiavel même quand ils vous disent être prêts à servir et non à se servir. Devant un tel manège, une interrogation nous traverse la tête : « n’est-il pas mieux de tenter un retour au parti unique ? »

-Si le langage politique suranné qui n’expose pas toujours un projet de société est le même d’un camp à l’autre.

-Si la pratique de la gouvernance quelque soit le niveau de responsabilité des uns et des autres est similaire privilégiant l’enrichissement personnel, même illicite, au détriment du grand nombre.

-Si la donne est l’exclusion et le mépris de celui qui a juré de ne jamais s’inscrire sur un tel registre. C’est à-dire le citoyen dépité qui choisit de ne se ranger derrière personne parce qu’estimant qu’il n’a rien, mais alors rien du tout, à gagner.

-Si le fait politique est étroitement lié à la gabegie, à la trahison, aux violations des droits de l’Homme que l’on soit au pouvoir ou dans l’opposition, à quoi bon agiter comme un épouvantail le multipartisme qui avait déjà été présenté dans le Monde Diplomatique spécial Gabon de juillet 1974 en ces termes : « Le multipartisme, s’il satisfait à l’idéal démocratique des vieux pays du monde occidental qui n’ont plus à se préoccuper de bâtir une nation, qui se trouvent déjà engagés dans le processus des mutations sociales et technologiques des temps nouveaux ne peut représenter dans le contexte des jeunes nations africaines qu’un élément de désordre et de stagnation, parce qu’il cristallise les divisions  ». Combien le comprendront- ils ainsi quand on sait qu’ici la politique fait vivre son homme ? Au sens où gérer un parti politique, c’est mieux que faire du commerce. Allez- y comprendre cette mentalité des compradors de notre siècle.


JGN

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs