Pierre Mamboundou : Biographie officielle

dimanche 9 août 2009 Speciales


Pierre Mamboundou, né le 6 novembre 1946 à Mouila dans le sud du Gabon, est le leader de l’Union du peuple gabonais, principal parti d’opposition gabonaise, qu’il a crée en 1989.

Il fait ses études au collège Saint-Gabriel à MOUILA, Lycée d’Etat à NDENDE, au Lycée Léon MBA à Libreville, puis en France. Il obtient une licence en physique et un diplôme d’ingénieur des Travaux des Télécommunications.

Il exerce ensuite comme enseignant au Centre Régional d’Etudes Universitaires de la Formation Permanente à Perpignan (France) puis est nommé de l’Agence Commerciale de Télécommunication à Libreville. Il sera ensuite fonctionnaire International à l’Agence de Coopération
Culturelle & Technique (A.C.C.T.) à Paris où il occupe la fonction de Chef des projets à la Direction Scientifique et Technique de 1979 à 1988 date à laquelle il devient Président de l’Union du Peuple Gabonais (UPG).

Sa virulence lui vaut bien des problèmes. En 1993, il a été condamné par contumace à dix ans de prison et part vivre trois ans et demi en exil à Dakar.

En 1996 il est élu député à l’Assemblée Nationale Gabonaise et sera le Président du Groupe Parlementaire Forces Démocratique Unis (FDU) jusqu’n 2001.

En 1997 il est élu Maire de la Commune de Ndende.

Candidat aux Présidentielles en 1998 puis 2005, il se réfugie quelques jours à l’Ambassade d’Afrique du Sud, suite, affirme-t-il, à l’attaque du siège de son parti par les Forces de Sécurité et de Défense Gabonaises, le 21 mars 2006.

En 2007 il est nommé Président du Groupe Parlementaire UPG à l’Assemblée Nationale.

Opposant intransigeant, il est « l’homme qui dit non » au régime de Omar Bongo. Pas systématiquement, tient-il à préciser, seulement quand on prétend tricher avec la loi. « La politique du consensus tue le corpus légal », martèle-t-il. Quand on le convoque pour s’entretenir avec le président de la République de sujets qui relèvent du Parlement, il refuse.

Selon lui, l’Assemblée nationale est composée de députés élus par seulement « 15% des Gabonais », son propre parti, l’Union du peuple gabonais (UPG), ayant boycotté le scrutin. Arrivé second à l’élection présidentielle de 1998, avec 16,5% des voix contre plus de 66% au président sortant, Pierre Mamboundou estime que les résultats ont été truqués et qualifie Omar Bongo de « président par défaut »

Les revendications qui ont suivies la proclamation des résultats de l’élection présidentielle de 2005, ont une fois de plus failli coûté la vie à l’opposant, qui a vu le siège de son parti du quartier Awendjè dans le 4e arrondissement de Libreville, mis à sac par les unités de l’armée gabonaise le 21 mars 2006 dernier. Exfiltré par sa base, il a été contraint à l’exil (dans son propre pays) à l’ambassade d’Afrique du Sud. Il en est ressorti un mois après, afin d’initier des négociation avec le régime gabonais. Ces négociations ont depuis lors conduit entre autres à la reforme du fichier électoral.

Son parti est considéré à ce jour le principal parti d’opposition au régime en place.

Pierre Mamboundou est marié et père de 5 enfants.

Il s’est porté candidat à la présidence de la république du Gabon le 19 juillet 2009.

Site de campagne : www.upg-gabon.org


Gaboneco

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs