Pharmacopée : Nganga, charlatan ou guérisseur ?

lundi 31 juillet 2017 Société & environnement


S’il est des faits de société qui défraient plus que d’autres la chronique de nos jours surtout, les pratiques des soignants traditionnels en font partie et sont inscrites, dirait-on, en lettres d’or sur les tablettes nominatives. Souvent parce que les soins prodigués à des patients n’ont rien à avoir avec ceux qui sied et qui sont donc susceptibles de les amener à recouvrer la santé. Du coup, nous nous posons la question de savoir à qui nous avons affaire lorsqu’il nous arrive d’être malade et d’aller chercher la guérison auprès d’un tradithérapeute !

Dans nos langues vernaculaires comme dans toutes les autres à travers le monde d’ailleurs, les mots ont une puissance parfois insoupçonnée, mais qui se révèle au grand jour à la lecture des faits. Ainsi, ceux désignant le guérisseur ou médecin traditionnel sont à la fois multiples et polysémiques. Tantôt appelé Nganga, tantôt charlatan, tantôt encore guérisseur, ce dernier est, selon ses œuvres, nous allions dire, ses hauts faits d’armes, qualifié de ceci ou de cela en fonction des résultats des soins qu’il apporte aux patients qu’il reçoit. Inutile d’affirmer qu’entre ces mots précités, il y’en a qui revêtent une connotation péjorative et d’autres, une positive. Plutôt que de regarder, comme on en a l’habitude, les choses se faire comme eux, les nganga, le veulent, il importe, parce qu’il s’agit ici de vie d’Hommes et quelquefois de pratiques illicites d’un métier et pourtant noble, que les pouvoirs publics se penchent sur la question au lieu d’adopter un comportement pour le moins démissionnaire.

Même s’il est vrai que ce n’est pas avec l’argent issu des guérisseurs qu’ils rempliraient leur assiette fiscale, suivez notre regard ! Pour des gens qui ont déjà du mal à se prendre correctement en charge, parfois pas par leur faute, mais par celle, avouons-le, de la société, comment entrevoir un avenir radieux lorsqu’en plus, il faut aller déposer pour des résultats négatifs une bonne partie de ses avoirs dans les mains de quelqu’un dont le dessein n’est que de vous ruiner ?

Quid de la gouvernance ?

Comme on le fait avec les médecins de la médecine moderne, les tradithérapeutes doivent être régis par un ordre sérieux reconnu par le ministère de la santé tout comme ils doivent donc être listés pour éviter aux patients des égarements nuisibles à maints égards. Ces tradithérapeutes devraient également faire l’objet d’un suivi par l’Iphamétra, l’Institut de pharmacopée et de médecine traditionnelle, qui aurait la charge de reprendre leurs travaux à des fins scientifiques, les corriger, si besoin se fait sentir, dans le but de faire évoluer la science. Car, il ne s’agit pas ici de négliger ce qui se fait de ce côté-là, mais plutôt de l’enrichir au contact de la médecine moderne. Etant donné qu’il est des maux ou maladies qui ne sont pas, et cela arrive souvent, détectés chez les « blancs », mais le sont chez les « nègres » qui disposent alors à ce moment de l’antidote pouvant conduire à l’élimination de l’agent pathogène qui peut quelquefois être un mauvais esprit.

Oui, un mauvais esprit puisqu’il est des cas d’ensorcellement, de vampirisme, de maraboutage ou encore de possession dont seuls les « nègres » sont maîtres dans l’art d’éradiquer le fléau. L’existence de tels phénomènes ne doit pas cependant nous empêcher d’observer l’esprit rationnel de mise dans toute médication. Simplement qu’il faut arriver à relativiser, mais aussi à exercer un contrôle de tous les instants pour rendre l’activité de nos guérisseurs traditionnels plus efficiente et donc au service du grand nombre à des coûts relativement moins élevés. Cela nous empêcherait de connaître des déboires de plus en plus nombreux et l’escroquerie dont sont déjà victimes nombre de concitoyens.


Doung’

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs