Partenariat : Divorce entre BNP Paribas et la BICIG ?

vendredi 1er avril 2016 Economie


BNP Paribas, la maison mère de la Banque Internationale pour le Commerce et l’Industrie du Gabon (BICIG) pourrait se défaire de sa filiale gabonaise. Le Conseil d’administration prévu pour le 27 avril prochain sera décisif pour l’avenir de cet établissement bancaire gabonais.

La liquidation était prévisible ! L’année dernière, le Groupe français a écopé une amende de 8,9 milliards de dollars. Laquelle amende lui a été infligé par la justice américaine, au motif du non-respect d’un accord signé dans le cadre de l’embargo prononcé par les Etats-Unis sur Cuba et d’autres pays. Conséquence : les filiales de BNP Paribas présentes en Afrique en pâtissent ! C’est le cas de la Bicig, la filiale gabonaise du groupe. D’ailleurs les mois à venir pourraient être marqués par le divorce entre BNP-Paribas et BICIG. Visiblement, le groupe ne trouve plus son compte, voilà pourquoi il envisage de céder ses parts. Attijariwafa Bank, le Groupe marocain ainsi qu’un établissement financier américain dont l’identité reste encore inconnue seraient intéressés par cette acquisition, mais les tractations autour du prix de cession se poursuivent encore.

Délocalisation inutile de la DRH !
Depuis septembre 2014, les ressources humaines des filiales du Groupe, celle du Gabon y compris, sont sous gestion délocalisée. C’est à la suite du redressement fiscal infligé par le fisc américain que la décision a été prise 0 Paris. Tout est géré à Paris ! L’objectif consiste à mieux réorganisé le pôle managérial pour avoir une meilleur maîtrise des activités financières et Gestion des Ressources Humaines du Groupe. Une mesure semble-t-il qui n’aura servi à rien. Et pour cause, la position du Groupe en Afrique est de moins en moins reluisante. Si non, comment comprendre la scission planant à l’horizon ?

Perspectives ?
De « A+ » à « A », avec perspectives stables, les perspectives à long termes de BNP Paribas, rendues public par l’agence de notation américaine Standard & Poor sont moins rassurantes. Selon l’agence, le Groupe français aurait une gestion des fonds propres « plus tendue » que ses concurrents. « Le niveau de fonds propres ajustés des risques de BNP Paribas est relativement plus faibles que celui de ses paires », confirme Standard & Poor. Cela ne conforte toutefois pas la position de la banque sur les années à venir, et ce, malgré le fait que le Groupe jouisse d’une capitalisation robuste et des « performances opérationnelles toujours fortes ». BNP Paribas, va-t-il continuer son aventure au Gabon ? Rendez-vous le 27 avril prochain pour la décision finale.


3M

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs