Ouverture à l’opposition : René Ndemezo’o Obiang s’en défend !

vendredi 20 octobre 2017 Politique


La composition, il y a quelques mois d’un gouvernement dit d’ouverture avait conduit une frange de l’opposition « lésée » à protester contre, la présence des vieux briscards politiques tels Pierre-Claver Maganga Moussavou ou contre René Ndemezo’o Obiang. Répondant il y a quelques jours, aux questions du quotidien d’information l’Union, René Ndemezo’o Obiang, fondateur de Démocratie nouvelle (DN) réitère la liberté du Président de la République, Ali Bongo Ondimba d’opérer ses propres choix. Selon lui, « le Chef de l’Etat a voulu prendre au Gouvernement les opposants de son choix ».

Le Porte-parole de l’opposant Jean Ping, Jean Gaspard Ntoutoume Ayi, par ailleurs membre de l’opposition radical faisait, au lendemain des nominations survenues aux seins des hautes instances de la République dont le gouvernement, partie des personnalités à avoir formulé de virulentes critiques. « Il y a un peu moins d’un an, il y a eu un gouvernement où l’on remerciait les putschistes, là, on à un remaniement pour remercier ceux qui ont accompagné le putsch. Mais parler d’ouverture… On ouvre vers quoi ? Vers rien. On a annoncé des membres de la coalition de Jean Ping dans ce gouvernement, je n’en vois aucun, donc on ne peut pas parler d’ouverture », martelait-t-il.

Quelques figures de l’opposition ayant participé au dialogue politique proposé par le Président de la République, Ali Bongo Ondimba, au lendemain de l’élection controversée de 2016 ont été promu, (Ndlr : l’ancien directeur de campagne de Jean Ping, René Ndemezo’o Obiang, de Pierre Claver Maganga Moussavou, de Patrick Eyogho Edzang, ancien membre de l’Union nationale (UN) et bien d’autres figure de l’opposition). Quelques jours après ce remaniement, 30 des 54 partis politiques de l’opposition ayant pris part au dialogue ont dénoncé une mascarade dans les nominations. Ils protestèrent notamment contre le fait que le nouveau remaniement « consacre pernicieusement le pouvoir des baronnies et le diktat de certains dynasties au détriment des citoyens valeureux, méritants et compétents dont l’opposition peut se prévaloir, au regard de sa contribution aux travaux du dialogue politique ».

La coalition dit des opposants modérés revendiquait le départ de Pierre-Claver Maganga Moussavou nommé Vice-Président de la République et de René Ndemezo’o Obiang, Président du Conseil économique et social (CES). C’est pourquoi, le Président du CES, dans une interview accordée au quotidien d’information nationale, l’Union, a tenu a dissipé tout malentendu.

Choix libéral

« Le Chef de l’Etat a voulu prendre au Gouvernement les opposants de son choix ». Voici la réponse de René Ndemezo’o Obiang à ses détracteurs. Selon lui, la responsabilité de la formation du gouvernement n’incombe ni à son parti (DN) ni aux autres partis sollicités. C’est une responsabilité libérale issue de deux personnes : le Président de la République et le Chef du gouvernement. « Il est que, explique-t-il, ni Maganga Moussavou, ni Ndaot, ni Ndemezo’o Obiang, encore moins quelqu’un d’autre de notre bord politique, n’a formé le gouvernement ». Ce dernier de rajouter « Même si je partage la déception de ces responsables qui n’ont pas vu un des leurs entrer au gouvernement. Je crois que j’aurai éprouvé le même sentiment si notre parti ne siégeait pas au sein du gouvernement ».


Michaël Moukouangui Moukala

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs