Oprag : Un exercice 2016 mitigé

samedi 24 juin 2017 Economie


L’exercice 2016 de l’Office des ports et rades du Gabon (Oprag) affiche des comptes déficitaires dans l’ensemble malgré un résultat net acceptable en hausse de 62 millions de francs CFA.

Le bilan de l’exercice 2016 de l’Office des ports et rades du Gabon (Oprag) a été officiellement dévoilé jeudi 22 juin au cours d’un conseil d’administration de circonstance. De manière générale, l’entreprise gestionnaire des Ports du Gabon enregistre des résultats nettement mitigés plombés par la conjoncture enregistrée dans le secteur pétrolier, poumon datant de l’économie gabonaise et par une morosité du climat des affaires.

Les produits d’exploitation, de plus de 15 milliards de francs CFA en 2015 chutent de plus de 1 milliard et représentent 14 milliards au cours du dernier exercice. La valeur ajoutée des activités portuaires n’est pas en reste. A 10,104 milliards de francs CFA en 2015, elle tombe à 8,06 milliards de francs CFA soit, 22,2% de sa base de départ. L’excédent brut d’exploitation (EBE), l’un des indicateurs de rentabilité, suit la même chute et représente en 2016 2,191 milliards de francs CFA contre plus de 4,136 milliards en 2015. Pour le conseil d’administration, sans nul doute, ces résultats décevant s’expliquent par la morosité actuelle de l’économie qui a eu une baisse conséquente sur les activités portuaires.

Le résultat net en hausse

L’Oprag sauve la mise grâce à une significative performance de son résultat net pour le même exercice. Contrairement à 2015 où cet agrégat représentait 621 millions de francs CFA, les comptes de 2016 sont marqués par une hausse de 62 millions soit, 683 millions de francs CFA. Ces performances illustrent l’efficacité de la politique de réduction des charges menée tout au long de l’exercice.

Ambitions manquées ?

Tenant le même exercice en février 2016, le Conseil d’administration avait annoncé un ensemble de mesures destinées à « améliorer la productivité globale du port ». Les ambitions étaient alors claires, s’adosser sur le schéma directeur d’infrastructures alors proposé par le président de la République pour mettre en place une communauté portuaire. Si l’écho de ces différentes ambitions semble peu perceptible, il y a cependant que les enjeux en mouvement demeurent intacts et sans résultats concrets et traduisent aujourd’hui l’échec d’une volonté certainement bien pensée et structurée. Ce qui en somme, peut dans une moindre mesure expliquer les résultats actuels d’autant que les ambitions étaient claires : booster le rendement des différents ports du Gabon.


Michaël Moukouangui Moukala

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs