"Opération scorpion" : Quand l’AJEV prend le maquis…

lundi 9 décembre 2019 Politique


La question ne se serait pas posée s’il s’était agi d’une simple association ordinaire. Après une ascension fulgurante et spectaculaire qui a mis à mal et inquiété jusque dans les instances du parti démocratique gabonais au pouvoir, il semble que l’association des jeunes émergents volontaires encore nommée "vague bleue" est en train d’agoniser suite à la vague d’interpellations qui la touche en plein cœur.

Jamais un mouvement associatif n’aura bousculé le pays au point de rallier à sa cause, des hauts cadres qui ont été emmenés à faire allégeance à son président, l’ex-directeur de cabinet d’Ali Bongo Ondimba, Bruce Laccruche Alihanga, désormais derrière les barreaux dans le cadre d’une "Opération Scorpion" qui traque depuis quelques jours tous les voleurs d’argent public. Selon certaines sources faisant foi, l’homme a réussi à nommer en deux ans seulement, près de mille personnes dans l’administration publique et parapublique, tous membres de son Association des jeunes émergents volontaires, la nébuleuse AJEV qui devient aujourd’hui une sorte de carcasse vidée de sa substance après la série d’interpellations qui a emporté tous ses membres les plus influents.

Tous sont accusés d’avoir mis le pays à sac par des détournements massifs d’argent de l’Etat en à peine deux ans seulement par des réseaux de « corruption » et de « blanchiment d’argent en bande organisée ». Certains médias d’Etat comme le quotidien L’Union font état de sommes allant jusqu’à plus de 85 milliards. Et comme ce pillage du pays à grande échelle ne visait essentiellement que l’affichage d’un luxe ostentatoirement insolent, des dizaines de voitures de luxe coûtant des centaines de millions ont même été saisies et parquées à la DGR.

Si leur culpabilité venait à être prouvée, il s’agirait là d’un scandale jamais égalé du magistère du président Ali Bongo, dont la confiance pour la promotion de la jeunesse aura été trahie aux yeux de tout un pays encore choqué et étourdi par un scandale aussi écœurant. Car les scandales au sommet de l’Etat, fabriqués ou avérés, les Gabonais en auront malheureusement été servis ces derniers temps comme les épisodes d’une série à multiples rebondissements.

Avec la chute de Bruce Laccruche Alihanga et tous ses compères à présent traités de ’’pilleurs de butin en série’’, c’est aussi la fin d’une association sulfureuse qui disparaît aussi brusquement qu’elle avait surgi de nulle part puisque "la vague bleue" qui arborait ses couleurs ostentatoirement, reste jusqu’ici muette sur la série d’arrestations qui frappe ses membres les plus influents depuis quelques semaines, au point que personne n’ose plus mettre son tee-shirt bleu à l’effigie de l’AJEV comme si l’association était du coup devenue une sorte de malédiction à ne plus porter, toute le monde ou presque ayant pris les sentiers de la clandestinité. C’est certainement la fin du trajet.


Leno Koleba

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs