Olam/Palmier à huile : Une exception de déforestation au Gabon ?

lundi 17 décembre 2018 Economie


Le basculement du Gabon dans la production d’huile de palme à des fins commerciales n’a eu aucun impact réel sur l’environnement au niveau national. L’agro-industriel Olam Palm, promoteur de cette nouvelle transition économique a su selon la chaîne thématique, National Geographic, concilié ambitions économiques et respect de l’environnement en militant pour la préservation de la forêt.

Avec une contribution prouvée dans les habitudes de consommation des populations à travers la planète, l’huile de palme est l’huile végétale la plus consommée au monde devant celles de soja, de tournesol et de colza. Utilisé à des fins culinaires et cosmétiques, la production de ce produit aux variétés multiples implique des dommages collatéraux sur l’environnement. La production industrielle de ce produit-aliment à compromis selon la chaîne thématique, National Geographic, l’avenir de l’environnement dans certaines régions du monde, notamment en Indonésie et en Malaisie considérées comme l’épicentre de la production mondiale d’huile de palme.

En effet, fait remarquer National Geographic, du fait de la demande sans cesse croissante l’exploitation des forêts pour la culture de l’huile de palme à entraîner « une déforestation importante, détruisant au passage près de 16 000m² de forêt à Bornéo-et la perte de faune sauvage ». En Afrique, particulièrement au Congo, la culture de l’huile de palme pour les besoins de l’économie du pays pourrait impacter l’habitat naturel des espèces menacées comme les grands singes, les éléphants et bien d’autres animaux. De ce désastre écologique tel qu’évoqué dans les pays précités, la chaîne de télévision s’est penchée sur le cas du Gabon qui fait figure d’exception selon elle.

Malgré son potentiel économique, le Gabon a adopté il y a quelques années par le canal d’Olam Palm Gabon, la production à grand échelle du palmier à huile. Parsemé sur des grands hectares dans la zone du sud du pays, l’usage des espaces végétales pour la production de ce produit objet de discorde s’est fait, selon l’enquête de la chaîne selon le respect des normes environnementales. Dans la zone de Mouila par exemple, capitale provinciale de la Ngounie, à défaut de détruire des grands espaces de forêts, l’entreprise a opté pour la culture du palmier à huile dans la plaine avec des zones tampons qualifiées de zone Haute valeur de conservation (HVC). « Ce que nous essayons de faire au Gabon, c’est de trouver une nouvelle voie de développement dans laquelle nous n’abattons pas toute notre forêt mais gardons l’équilibre entre palmier à huile, l’agriculture et la préservation de la forêt », a confié Lee White, directeur de l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN), à National géographic.

Détenteur depuis l’année dernière de la Round Table for Sustainable Palm (RSPO) pour ses efforts en matière de respect de l’environnement, Olam Palm s’inscrit désormais dans la rare lignée de ces grandes multinationales productrices d’huile de palme soucieuse des principes liés à l’écosystème. Une obsession pour l’entreprise tant saluée par la chaîne américaine que par Lee White qui estime qu’ « Olam ne sape pas les zones protégées, au contraire, il m’aide à créer plus de parcs nationaux ». Mais si pour l’instant l’entreprise respecte les exigences internationales en matière de préservation de l’environnement, c’est avant tout parce le carnet de commande de l’entreprise n’est pas assez touffu et que contrairement au pays concurrents (Indonésie ou Malaisie), le Gabon accumule mois de dix ans dans la production de cette ressource qui fait débat à travers le monde.


Michaël Moukouangui Moukala

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs