Œuvres de l’esprit : Bientôt les auteurs passent à la caisse !

vendredi 9 février 2018 Culture & people


Dressant hier, jeudi 8 février courant, le calendrier culturel de l’année en cours, le Ministre en charge de la culture, Alain-Claude Bilié-By-Nzé a effleuré la question des droits d’auteurs mentionnant que les premiers chèques inhérents au payement des droits d’auteurs seront distribués incessamment.

S’achemine-t-on vers la revalorisation du statut des artistes au Gabon, et ce après des décennies de revendication des droits d’auteurs ? On est tenté de répondre par l’affirmative, à la lumière des propos tenus hier, par le Ministre de la Communication en charge de la culture. En pleine réflexion, le statut de l’artiste est en train d’être revu. « L’adoption de ce texte permettra également de définir le statut des intermittents de spectacle, toutes ces petites mains sans lesquelles aucun spectacle ne peut avoir lieu, mais qui évoluent sans aucun statut, et donc sans aucune couverture sociale », a avancé le Ministre de la Culture.

Réforme généralisée au secteur culturel

Cette nouvelle empreinte souhaitée affectera également les institutions publiques dédiées à l’apprentissage de la culture et ses différentes expressions comme l’Ecole nationale des arts et manufacture (ENAM) dont l’image renvoie le plus souvent à une école abandonnée à elle-même alors qu’elle forme depuis des décennies des talents qui contribuent au rayonnement culturel du Gabon. Cette réforme consiste principalement à « rendre (l’ENAM) plus en phase avec nos objectifs globaux dans les domaines de la formation et de l’apprentissage », explique le Ministre et, l’ambition est d’introduire dans le cursus des apprenants, des éléments en rapport avec l’entreprenariat. Dans ce sens, un partenariat est en cours avec le ministère des PME et du commerce. « Nous allons travailler pour créer un incubateur d’entreprise au sein de l’ENAM. Un incubateur spécialisé dans l’entreprenariat d’art et d’artisanat d’art », annonce Alain-Claude Bilié-By-Nzé.

Les artistes confortés

Pendant longtemps, l’absence de droits d’auteurs a été perçue comme la cause de la précarité de l’artiste gabonais, donc celle du rayonnement des œuvres artistiques. Mais tant bien que mal, la composante artistique que compte le pays s’est souvent efforcée à vendre le Made in Gabon avec les moyens de bord. Ceux-ci étant en voie d’être soutenu, est-ce à dire que les choses connaîtront une nouvelle impulsion dans ce domaine ? A cette question, s’ajoute celle de la teneur du contenu des œuvres créées notamment dans le domaine de la musique où, foisonne une myriade d’artistes au professionnalisme un peu douteux avec des textes frisant le manque de sérieux.

Cette remarque demeure cependant de la responsabilité du législateur car bien qu’annoncées « des clarifications indispensables quant au statut de l’artiste, et aux droits et devoirs qui s’y attachent ». Et le ministre a principalement tenu à le faire savoir dans son propos liminaire. Dans tous les cas, c’est peut-être là un grand pas pour l’univers artistique local. Mais avant de crier victoire, attendons de voir.


Michael Moukouangui Moukala

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs