Occupation politique des espaces publics : L’interrogation de Marcel Djabioh

mardi 12 mars 2019 Politique


Alors que le Ministre Nanette Longa Makinda, porte-parole du gouvernement mettait fermement en garde, vendredi dernier, les auteurs de sorties politiques dans les marchés et hôpitaux de la capitale, Marcel Djabioh, opposant, s’est interrogé si la force restera à la loi après la visite du Premier Ministre Julien Nkoghe Bekale dans les marchés de la capitale au lendemain de la sortie de sa collègue.

La loi ne s’applique-t-elle qu’à l’opposition gabonaise ? La déclaration empreinte d’ironie de l’opposant Marcel Djabioh, semble l’affirmer. « Force restera-elle à la loi ? » s’ est interrogé l’opposant proche de Jean Ping. « Le gouvernement rappelle, par ailleurs, que les lieux de cultes, les marchés et les hôpitaux sont des lieux dédiés à des activités précises. De ce fait, ne sauraient se transformer en tribunes pour les acteurs politiques. Aussi, tient-il à mettre en garde les auteurs de ces actes, qui sont de nature à troubler l’ordre public et la paix sociale ; et à les informer de ce que toutes nouvelles dérives de cette nature exposeront leurs auteurs aux poursuites judiciaires prévues en la matière pour que force reste à la loi », avait affirmé la Ministre, Nanette Longa Makinda, Porte-parole du gouvernement.

Une mise en garde qui visiblement ne concernait pas le Premier Ministre Julien Nkoghe Bekale qui a ignoré celle-ci. En atteste son tour des marchés de la capitale le lendemain. « Il semble que son chef du gouvernement n’a pas du tout été informé des nouvelles mesures prises par son propre gouvernement et rendues publiques par son Ministre. Aussi, ce samedi 9 mars, Julien Nkoghe Bekale a juré d’arracher la médaille du parcours des marchés de la capitale à Jean Ping… Violant ainsi l’interdiction annoncée la veille par la porte-parole du gouvernement » a dénoncé Marcel Djabioh.

Ce dernier de conclure avec un brin d’ironie « nul n’étant censé ignorer la loi et force restant à la loi on attend maintenant que dans l’État de droit du Gabon, des poursuites judiciaires prévues en la matière qui seront engagées contre le chef du gouvernement dans les tous prochains jours, en espérant qu’il n’aggravera pas sa peine en se rendant demain (Ndlr : dimanche), au premier culte de l’église évangélique d’Avéa pour terminer au deuxième culte de l’église de Nazareth pour d’autres causeries politiques ».


Tony Muru

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs