Gabon : Un gabonais champion du monde de slam poésie

vendredi 30 mai 2008 Société & environnement

La Coupe du monde de slam poésie dans le cadre du Grand slam de poésie qui se déroule à Bobigny, en région parisienne, du 27 au 31 mai 2008, aurait été remportée le 29 mai dernier par le représentant gabonais, Big Jim. Présélectionné à Libreville le 22 mars dernier où il avait gagné son billet pour la France, le slameur gabonais y séjourne depuis le 25 mai dernier pour prendre part au tournoi.

La Fédération française de slam poésie (FFDSP) a organisé du 27 au 31 mai à Bobigny, dans la banlieue nord de la capitale française, le 5e Grand slam national de poésie, qui regroupe la 4e édition du Grand slam inter scolaire national ainsi que la 2e édition de la Coupe du
Monde de slam, qui aurait été remportée cette année par le gabonais Big Jim.

Les présélections qui se sont déroulées en préliminaires dans chaque pays avaient vu la qualification du poète gabonais le 22 mars dernier lors d’un tournoi organisé au Centre Culturel Français par le représentant français de la FFDSP, Pilot le Hot.

Le tournoi international organisé par la FFDSP mettait en lice des artistes d’Afrique du Sud, d’Allemagne, d’Angleterre, du Canada, du Danemark, des Etats-Unis, de France, du Gabon, des Pays Bas, d’Israël, de Madagascar, du Mexique, de Pologne, du Québec, de Suède et du Zimbabwe.

Le tournoi de slam conventionné par la FFDSP obéit à des règles définies qui établissent entre autres un temps de prestation maximum de trois minutes, l’interdiction d’accessoires ou déguisements, la liberté totale des thèmes abordés ou encore l’interdiction d’avoir un accompagnement musical.

Big Jim est un jeune poète gabonais qui nous vient de la capitale économique, Port Gentil, où il fait partie du collectif Ar’c’nal E-pop, groupe de musique qui évolue entre le rap et le reggae.

Sur la scène slam gabonaise, il apparaît à plusieurs reprises aux côtés du Nyabinghi slam, groupe de jeunes poètes qui véhiculent et promeuvent leur art à travers des ateliers et des spectacles et qui évolue sous l’égide du label Zorbam Produxions, auquel appartient notamment le groupe Movaiz Haleine.

On situe la naissance du slam aux Etats-Unis dans le début des années 1980 au sein du mouvement hip hop. Il rencontre très vite le succès que nous connaissons aujourd’hui. La signification du mot « slam » vient de l’argot américain, et veut dire« claquer ». En effet, le slam est une prestation scénique de jeu oral où un poète déclame un texte libre.

Du côté du Gabon, c’est en 2004 que Pambo Mueli et Pierre Deeyaah créent des ateliers de slam au CCF. Dès son lancement, le succès est au rendez-vous et ce sont les étudiants et lycéens qui sont les plus réceptifs. Aujourd’hui, la petite scène du slam gabonais reconnaît des personnalités comme Okoss, Rondzeng, Boumhiks, Pambo Mueli, Hurricane, Pasteur et bien d’autres. Le slam, mouvement artistique, culturel et social, est marqué par la volonté de rendre la création et l’expression orale de la poésie accessibles au plus grand nombre. Vivier de création, les rencontres de slam célèbrent la poésie par le biais de l’art oratoire.


Gaboneco.com

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs