NYFA 2015 : Réchauffement climatique, la taxe sur carbone comme solution ?

lundi 31 août 2015 Société & environnement


La question des stratégies vertes pour les villes constitue aujourd’hui un enjeu majeur d’avenir au regard des menaces que le réchauffement climatique fait peser sur les villes et les régions du monde. Mais la solution se trouverait peut-être dans le prix du carbone qui constitue une perspective importante tant pour les multinationales que pour les politiques.

Les effets pervers du réchauffement climatique sont mondialement reconnus. Depuis fort longtemps, le monde entier l’Afrique y compris, paie le prix fort de cette erreur humaine avec des catastrophes naturelles sans cesse croissantes de nos jours. A l’occasion de la deuxième journée du NYFA 2015, Jean Jacques Guilbauld, membre du comité exécutif de Total, Michelle Rentenaar de la Climate Envoy of the Netherlands et Thierno Bocar Tall, responsable de projet, biocarburants et énergies renouvelables, les panélistes de la Special Sessions (The climate South Initiative), Workshop 1 axé sur la « Green Strategies For Cities And Regions », l’ont d’ailleurs fait savoir.

A cause du réchauffement climatique, le monde court en effet, un grand danger. Mais ce danger s’accentue encore plus lorsqu’on considère la dépendance de l’industrie mondiale au charbon. « Le charbon est la source d’énergie la plus polluante en matière de CO2 », souligne, Jean Jacques Guilbauld, membre du comité exécutif de Total pourtant aucune entreprise ne semble aujourd’hui, facilement apte à s’en défaire. Pour lui, « si on remplace dans des centrales électriques, du charbon par du gaz, on évite 5 milliards d’émission de tonnes de CO2 » donc, on règle de peu, la question des gaz à effets de serre.

A cet effet, les experts mondiaux, les pénalistes du NYFA 2015 y compris, proposent de substituer le gaz au charbon. « Une des voies pour réduire les émissions de CO2, c’est de remplacer le charbon par le gaz  », confirme Thierno Bocar Tall. « On évitera 5 milliards de tonnes de CO2 en adoptant cette production par substitution », a détaillé Jean Jacques Guilbauld. Cette politique de substitution du charbon par du gaz, fait aussi appel à une politique dite d’énergies renouvelables qui propose d’inspecter d’autres possibilités en matière d’économies vertes.

L’apport de Total

«  L’Afrique émet peu de carbone mais elle souffre des émissions de carbone  », souligne le représentant de Total. Pour aider le continent à y faire face, Total, par son programme Awango, fournit aux populations qui n’ont aucun accès à l’électricité, des lampes solaires. C’est peut-être le premier pas s’il faut considérer qu’ « on ne peut pas étudier sans énergie. »

Environ 5 millions de personnes en Afrique bénéficient déjà de ce programme mais Total compte aller bien plus loin en élevant ce chiffre à 20 millions de personnes d’ici 2020.

Le prix du carbone, la solution !

Ils sont désormais nombreux à travers le monde à considérer le prix du carbone comme un élément de changement de paradigme devant l’effrayante question du réchauffement climatique. Total s’est déjà engagé dans cette voie et espère être suivi. « Nous ne pouvons à la fois, prétendre apporter des solutions au défi du changement climatique et tirer des bénéfices de la production ou de la commercialisation du charbon, énergie fossile la plus émettrice en gaz à effet de serre », soulignait Patrick Pouyanné, le directeur général de Total dans un communiqué annonçant sa rupture avec cette matière.

Par ailleurs, considère Thierno Bocar Tall, responsable de projet« il faut que le prix du carbone soit rémunérateur  ». Si rien est fait pour rendre effectif cette solution, dans les quinze prochaine années, les économies pourraient dépenser des milliards et des milliards d’euros juste pour se protéger.


3M

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs