Vie chère au Gabon : le Groupe Bolloré pointé du doigt

mardi 18 novembre 2014 Economie


Représentant de trois Organisations Non Gouvernementales (ONG) Maître Bhongo-Mavoungou, avocat au barreau du Gabon a tenu lundi 17 novembre une conférence de presse axée sur le thème \"Vie chère et monopole du Groupe Bolloré en Afrique : le cas particulier du Gabon\". Au cours de ce point presse l’avocat a annoncé le fléau de la vie chère est dû à une convention passé en 2007 entre l\’Etat gabonais et le Groupe Bolloré qui par l\’entremise de cette convention s\’octroie le monopole sur la gestion des ports du Gabon.

Ce sont trois ONG, à savoir l’Association Jeunesse Sans Frontières (A.J.S.F), S.O.S Consommateurs et Time, assistées par Maître Bhongo-Mavoungou, qui se sont données pour objectif de précipiter la résiliation de la convention passée en 2007 entre l\’Etat gabonais et le groupe français de Logistique Bolloré qui serait à l’origine de la vie chère au Gabon.

Selon ces ONG, ce partenariat s’avèrerait plus bénéfique pour le groupe Bolloré que pour le Gabon.

 Il y a deux semaines Régis Immongault, le ministre de l\’Economie, de la Promotion des investissements et de la Prospective effectuait une visite des marchés de la capitale gabonaise pour s\’enquérir de la mise en application de l\’accord passé en 2012 entre l\’Etat gabonais et les acteurs du secteur du commerce. A cette occasion il a constaté que malgré les mesures prises pour réduire les prix de denrées de première nécessité, celle-ci n’étaient pas pour autant respectées.

Pour ces trois ONG, il ne fait aucun doute que le Groupe Bolloré soit la source du problème puisque c\’est à elle qu\’incombe la tache de la logistique dans les ports.

A cet effet ils exigent l’annulation de cette convention puisqu\’elle prive l\’Etat gabonais de la gestion de ses ports qui constituent des éléments stratégiques dans le développement économique du pays.

 \"Cette convention est un scandale dans la mesure où elle offre à Bolloré le monopole de la gestion de nos ports. C\’est à cause de ce monopole que les prix de première nécessité atteignent des proportions déraisonnables. Ce monopole fait en sorte également que le Gabonais ne puisse pas vivre décemment. C\’est la raison pour laquelle avec le groupe d\’ONG, nous avons décidé de saisir les juridictions nationales pour obtenir la résiliation de cette convention qui ne relève pas du pouvoir législatif nationale\", a martelé maitre Bhongo Mavoungou.

Selon ce dernier il est clair que cette convention n’est en aucun cas légale dans la mesure où il n’y a eu aucun appel d\’offre préalable et que cette convention n’a pas fait l’objet d’une approbation de la part de l’Assemblée nationale, comme le prévoit la loi dans le cadre d’un monopole.


3M

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs