Des centaines de produits en peaux de crocodiles et serpents saisis au marché artisanal de Libreville

mercredi 30 juillet 2014 Société & environnement


C’est suite à une information émanant d’une source fiable, que la Direction de la Lutte Contre le Braconnage (DLCB) a organisé une descente au village artisanal de Libreville le 28 juillet 2014. A cette occasion, plusieurs produits fauniques prohibés et destinés à la vente ont été saisis. Une équipe conjointe composée des agents de la DLCB, des agents de la Police Judiciaire et des juristes de Conservation Justice, s’est rendue sur le terrain en vu de constater les faits.

Sur les lieux, les agents ont procédé à l’inspection des différents box
suspectés. Et à l’issue de cette fouille, trois trafiquants de nationalité
Camerounaise ont été arrêtés.

 

Il s’agit de : sieur Bouba
Kary Haman Djam,
arrêté en possession de 144 portefeuilles en peau de
crocodile et serpent, 12 sacs en peau de crocodile et serpent, d’une peau
entière de serpent.

Le deuxième interpellé, sieur Aboubacar
Dahirou
 détenait quant à lui un sac
en peau de crocodile, tandis que Bah
Ngoubdo
 possédait 21 portefeuilles
en peau de crocodile et serpent, 18 sacs
en peau crocodile et serpent, 5 ceintures en peaux de crocodiles.

 

Ces produits n’étaient que des échantillons confisqués, plusieurs autres
articles étant restés dans leurs boxes respectifs.

 

Une autre descente a été organisée le même jour au marché artisanal de
Libreville en vue de saisir le reste des articles. Au total, ce sont des
centaines de sacs, de portefeuilles et de ceintures qui ont été saisies, représentant
le trafic de dizaines, voire centaines de crocodiles.

 

Les mis en cause ont été conduits dans les locaux de la PJ où ils ont
été placés en garde à vue, puis relâchés en attendant leur audition prévue pour
ce mercredi 30 Juillet à 9h.

 

A noter que ces produits proviennent d’autres pays et doivent répondre à
des exigences légales internationales, notamment à la CITES ou Convention de
Washington (Convention sur le Commerce International des Espèces de Faune et de
Flore Sauvages Menacées d’Extinction). Ce qui, concernant les produits saisis,
n’était nullement le cas.

 

D’ailleurs, la loi gabonaise protège intégralement les trois espèces de crocodiles. La chasse, la capture, la détention, le transport et la commercialisation
des espèces intégralement protégées comme les crocodiles sont interdits, et les
infractions vis-à-vis de ces espèces sont punies de 3 à 6 mois de prison avec
des amendes allant de 100.000 à 10 millions de francs CFA.


ACB

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs