Nour Tv : La grosse arnaque de la Direction générale !

mercredi 10 janvier 2018 Societe et environnement


L’unique radio et télévision islamique au Gabon croule sous le poids des difficultés, et ce, trois ans seulement après son inauguration en grandes pompes. La Direction générale n’est plus en mesure de payer les salaires des agents. Conséquence : le Directeur général a décidé unilatéralement et en toute quiétude de violer le code du travail en faisant signer aux agents un contrat dans lequel ils s’engagent à travailler gratuitement pendant deux mois. Une première au Gabon.

A Nour Radio Télévision, les choses vont de mal en pis depuis août dernier, début des arriérés de salaires du personnel. La station islamique pique donc dangereusement du nez. Et pour cause, voilà déjà deux mois que le personnel n’a pas touché un seul kopeck. D’où la note pondue par le Dicteur général, Issa Abessolo qui annonce la suspension des contrats des agents. « Suite à la réunion entre la Direction Générale et les agents de NOUR TV et compte tenu des difficultés rencontrées par la Direction générale pour payer les salaires, il a été décidé de suspendre les contrats pour une durée de deux (2) mois afin de permettre à la Direction Générale de solder les deux mois d’arriéré de salaire », stipule ladite note.

Un document signé du Directeur général en personne le 11 décembre dernier. Dans la foulée, le patron de Nour Tv a également fait signer, le même 11 décembre des « contrats de bénévolats temporaires ». « Je soussigné Monsieur…, m’engage à venir travailler à titre gratuit à Nour Tv pendant deux (2) mois. Du 1er décembre 2017 au 31 janvier 2018.Ceci est établi pour valoir ce que de droit ». Une violation flagrante des dispositions du code du travail.

«  Issa Abessolo est en contradiction avec la loi. Dans le fond et dans la forme. Il fait signer sa note d’information et son fameux engagement gratuit le 11 décembre, alors qu’il demande à son personnel de venir travailler gratuitement dès le 1e décembre. C’est de la pure folie ! C’est une autre forme d’exploitation des humains. Son invention qui n’existe nullement dans le code du travail est de la pure méchanceté », s’est exclamé un avocat au barreau du Gabon. Ce dernier poursuit en ces termes : «  La lettre d’engagement signée par le salarié ainsi que la lettre de suspension de contrat rédigée par l’employeur sont toutes les deux nulles et de nul effets. La lettre de renonciation signée par le salarié est contraire aux dispositions de l’article 10 du code du travail qui dispose en substance que toute convention tendant à la renonciation d’un droit ou d’un quelconque avantage par un employé est nulle et de nul effet ».
Selon une autre spécialiste du droit : « Le salaire étant un droit, l’employé se doit de percevoir son salaire en dépit des difficultés de l’entreprise » Un inspecteur du travail exerçant à Libreville et ayant requis l’anonymat crie au scandale. « La lettre de suspension de contrat rédigée par l’employeur est nulle en ce sens qu’elle viole les dispositions de l’article 36 du code du travail qui fixe les conditions de suspension d’un contrat de travail. Les raisons invoquées par l’employeur pour décider de la suspension du contrat ne rentrent pas dans les cas fixés par les dispositions de l’article précité pour conduire à la suspension d’un contrat de travail. Ainsi donc, la cause de suspension des contrats n’est pas légale », dit-il.

Toutefois devant cette violation du code du travail, l’inspecteur du travail qui qualifie « de mesures fantaisistes » les décisions prises par le Directeur général de Nour Tv pense que « les agents lésés peuvent saisir l’Inspection du travail aux fins d’une part de paiement de leurs salaires et d’autre part de dommages et intérêts ceci en rapport avec les dispositions combinées des articles 10 et 36 du code du travail  ».

Les responsables de familles exerçant à Nour Tv, en plus d’être manipulés, travaillent dans le noir sans percevoir leur salaire. Une situation qui choque plusieurs personnes interpellées sur le sujet. Apres avoir fait le signe de croix, une dame visiblement remontée par cette situation s’est interrogée « Ce monsieur exploite les gens. Est-ce qu’il peut lui-même accepter de travailler sans être payé ? Et que vont donc faire ceux qui louent des maisons et qui ont des enfants ? Vraiment c’est méchant ! ».


YAO

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs