Nécrologie : Donatien Mavoungou, comme Galilée ?

mercredi 5 février 2020 Santé


La nouvelle a de quoi surprendre ceux qui, comme nous, ne l’avons plus vu ces temps derniers quoique nous fûmes habitués à le côtoyer depuis des années en partie lors de visites dans son ancien laboratoire jouxtant à l’époque l’hôpital « Jeanne Ebori » ou dans le cadre de rencontres professionnelles ou privées. Le Professeur Donatien Mavoungou fait sans conteste, avec des personnalités comme son homologue André Moussavou Mouyama qui l’a précédé dans l’au- delà, partie de ces sommités que le Gabon devrait regretter d’avoir perdu si tôt.

Pourquoi tirer un parallèle avec le célèbre astronome, mathématicien, géomètre et physicien italien Galilée ? Eh bien, parce que comme ce dernier, pouvons- nous affirmer, Donatien Mavoungou, une bonne partie de son existence, surtout après qu’il se soit lancé dans des recherches pointues consistant en la protection de l’Homme, s’est senti marginalisé. Le chercheur dont le sourire constituait bienheureusement une thérapie, donnait l’impression, à l’image d’un de ses plus fidèles amis, le Professeur Anges- François Ratanga Atoz, lui aussi rappelé à Dieu, dont il n’a très certainement pas digéré la mort précoce, d’être incompris, non pas par la communauté scientifique à laquelle il appartenait, communauté scientifique qui lui a maintes fois reconnu ses mérites, mais par des profanes qui allaient jusqu’à l’accuser de charlatanisme comme s’ils savaient, nous avouait- il au bord de la dépression parfois, quelque chose de l’activité qu’il menait et qui ne supportait pas des jugements à l’emporte- pièces du commun des mortels, fut- il un homme politique.

C’est d’ailleurs pour tourner en dérision ceux de ce monde qu’il avançait souvent en souriant, se souvenant d’un des épisodes les plus douloureux de sa vie, « que suis- je venu faire dans cette galère ? » comme pour s’interroger sur l’immixtion quasi- permanente du gouvernement dans des affaires auxquelles il ne comprend que très peu de choses, allusion à une certaine décision prise en conseil des ministres, décision lui interdisant la poursuite de ses recherches porteuses à son avis, son IM28 ayant fait l’objet d’une auscultation par des scientifiques internationaux de renom qui lui ont décerné un satisfecit. Sait- on qu’est- ce que l’avenir réserve à ceux qui voudraient s’inscrire dans la continuité ?

Et si les molécules découvertes par le vaillant Professeur se révélaient être la solution, sinon l’une des solutions palliatives pour lutter contre la propagation du SIDA ? N’aurait- on pas gagné à protéger le chercheur plutôt qu’à le combattre ? Comme Donatien Mavoungou, Galilée avait commis la gravissime erreur de découvrir la vérité trop tôt puisque l’astronome italien qui s’était mis à dos l’église toute puissante en plein XVIIème siècle, était gardé en résidence surveillée jusqu’à sa mort en 1642 pour avoir soutenu au contraire de l’église l’héliocentrisme au lieu du géocentrisme. Rappelons- nous toujours la pomme de discorde autour de l’idée de « la terre qui tourne autour du soleil ». L’État gabonais qui a formé le Professeur Donatien Mavoungou a-t- il logiquement profité de ce dernier ou a-t- il fait profiter du savoir de l’illustre disparu à la majorité des citoyens ? Ce que l’on sait pour l’avoir régulièrement approché et apprécié, c’est que le scientifique gabonais éprouvait le fervent désir de contribuer autant qu’il pouvait, s’il disposait de moyens conséquents et bénéficiait de la confiance des dirigeants de son pays en particulier, africains en général, à l’élaboration d’une méthode adaptée conçue pour freiner les dégâts causés dans le corps humain par le virus du SIDA.

Intellectuel et humain !

Mais, a- t- il été utilisé à bon escient, y compris par les institutions hospitalières et académiques pour qu’il nous soit permis de déduire qu’il s’y trouve très certainement des agents médicaux à qui çà dira de s’inscrire dans la continuité ? Auprès de tous ceux qui, comme lui, se satisfont d’être très souvent aux côtés des autres quand le temps le leur permet pour partager avec eux leur expérience de la vie, Donatien Mavoungou laisse un vide abyssal difficile à combler tellement le verbe du tribun pour qui appartenir de par ses parents au puissant royaume de Loango était plus qu’une fierté et son lot d’histoires allant de la plus drôle à la plus sérieuse, vont énormément manquer. Tout comme d’ailleurs la chaleur qu’il apportait lorsqu’il lui arrivait de se choisir un lieu de détente, lui, pour qui la communion avec autrui était sacrée.

On a souvent présenté des hommes de science de sa trempe comme des personnes cachotières, ce n’était pourtant pas le cas de ce « Vili » que le long séjour en Occident n’a pas réussi à transformer viscéralement quoiqu’il ait tiré de là- bas la substance de sa réflexion scientifique. L’ambiance du corps de garde lui aura toujours manqué, ce pourquoi, il éprouvait le plus grand mal à opter pour l’isolement, car qu’est- ce qu’être « Vili » sans admettre, avait- il coutume de dire, que nous sommes un peu comme contraints de vivre selon les règles du communautarisme légué par les ancêtres ? Avec son départ se referme une issue prometteuse pensons- nous, peut- être nous faudra-t- il du temps, assez de temps, pour réaliser ce qui nous est arrivé, notre société réagissant souvent après- coup puisque n’ayant dans la plupart des cas pas la faculté de se projeter pour imaginer le futur avec le minimum d’erreurs. Quand elle n’est pas simplement obnubilée par l’euphorie des instants présents que combattait avec véhémence le Professeur Donatien Mavoungou qui le disait à qui voulait l’entendre dans une liberté de ton qui, avançait- il, a toujours caractérisé les membres du peuple auquel il appartenait.

L’homme qui prenait la vie du bon côté n’avait de cesse de se moquer de ceux qui, peut- être par hypocrisie, ironisaient sur ses batailles scientifiques, alors que lui- même savait où il allait et se donnait du temps pour convaincre jusqu’au plus dubitatif. A ses adversaires qui du reste ne savaient rien de ce qui se faisait dans l’intimité du laboratoire, il balançait sans vouloir créer de polémique qu’ils gagneraient, ce qui est visiblement logique, à s’occuper de ce qui les regarde, la santé étant à son humble avis quelque chose de tellement sensible et vital qu’il ne faut pas qu’on la confonde avec ce qui justifie juste le gagne- pain. Allez- y comprendre ! Une invite à la reconnaissance des vertus qui entourent et même régissent le travail et la vie de ceux qui permettent à leurs contemporains d’espérer vivre plus longtemps.


Dounguenzolou

Vos commentaires

  • Le 5 février à 19:52, par Michel-Paul CORREA En réponse à : Nécrologie : Donation Mavoungou, comme Galilée ?

    Bonsoir,

    J’ai été partenaire et ami du Pr Mavoungou depuis 1998, ensemble sur le ring même quand les coups fusaient de tous les côtes. Toutes mes felicitations pour votre article qui décrit cet éminent scientifique reconnu au plan international et dont la majorité de ses détracteurs sont issus du même pays . Nul n’est prophète dans son pays

    Il devait le mois prochain se déplacer en France pour participer à une conférence de Presse à Paris pour le lancement de son livre aux éditions du Panthéon ... En juin il était invité au Canada comme conférencier à la 2 e Conférence et exposition internationale sur la microbiologie clinique et les maladies infectieuses est organisée par OLC International et se tiendra du 18 au 19 juin 2020 à Montréal, Canada . Il fut sélectionné comme un des 5 conférenciers internationaux pour cette conférence.

    https://www.olcinternational.com/clinical-microbiology-2020/?fbclid=IwAR2uh7atjo4uVzF-blSG4RmGlH0anVldlu-Rar4SpxR6aa7lUN29QZLOQUM

    Merci encore pour votre clairvoyance.

    Michel-Paul CORREA
    Institut IDSRSI

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs