Naufrage des Panthères : Echec de la réconciliation nationale ?

lundi 23 janvier 2017 Politique


Dans ses convulsions de la crise postélectorale qui l’agite depuis le terme de la présidentielle du 27 août 2016, le Gabon qui peine à panser ses plaies, espérait au moins un succès de son équipe nationale à cette coupe d’Afrique des Nations, afin de réconcilier un peuple déchiré par des clivages politiques. Et c’est certainement dans cette logique que l’actuel Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, a annoncé, lors de son message à la nation du 31 décembre dernier que le dialogue national se tiendrait après cette compétition continentale. C’est la désillusion !

Le football est un facteur de rassemblement et de cohésion d’un peuple, nous dit-on souvent. Si cette vertu du ballon rond est largement admise par l’imagination populaire, le Gabon vient de faire exception à la règle dans cette 31ème édition de la coupe d’Afrique des Nations de football. Alors que tout le monde ou presque s’attendait un exploit extraordinaire de l’équipe nationale, les Panthères, afin de démentir ou de surpasser la conjoncture politique née la dernière présidentielle, grande a été sa surprise de voir les félins s’en aller à vau-l’eau, avant le naufrage collectif. Naufrage intervenu hier dimanche 22 janvier, à la suite de leur dernière confrontation avec le Cameroun voisin. Au fond, c’est tout l’espoir, toutes les attentes du pouvoir qui se trouvent douchés et ruinés à travers cet échec marqué des Panthères, lui qui avait pourtant, placé contre vents et marées toute sa confiance et sa détermination dans l’organisation de cette CAN.

Surtout Ali Bongo lui-même, dont on dit qu’il est un féru de football. Lui qui a d’ailleurs sursis à l’organisation du dialogue politique national, qui ne devrait intervenir qu’une fois après le déroulement de la compétition, si l’on en croit son adresse à la nation le 31 décembre dernier. L’objectif de cette conditionnalité était certainement de rassembler, ne serait-ce que momentanément un peuple meurtri et profondément divisé par le dépit électoral, avant d’en arriver aux assises politiques du dialogue national. Des espérances désormais trahies au regard de la défaite mémorable des Panthères, édentées et toujours incapables de dévorer leurs proies, puisque les hommes d’Aubameyang n’auront finalement pas fait le poids face au Cameroun, dans une rencontre décisive.

Le football, et plus généralement la CAN Total 2017 n’aura pas tenu ses promesses de rassemblement et de cohésion du peuple gabonais comme l’espérait le pouvoir. Dorénavant c’est définitivement cloué, le Gabon, pays organisateur de la 31ème CAN n’a pas été à la hauteur de l’événement et de tous les enjeux qu’il représentait pour le pays. Ce qui ne va pas sans interrogation : la politique pourra-t-elle favoriser la réconciliation nationale là où le sport a échoué ? La question reste posée.


Charles Nestor NKANY

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs